Economie circulaire : la loi entrera en vigueur aux dates prévues

Economie circulaire : la loi entrera en vigueur aux dates prévues
recyclage pollution bouteilles plastique poubelle

Boursier.com, publié le mercredi 29 avril 2020 à 15h52

Les dates-butoirs de la loi sur l'économie circulaire, qui prévoit notamment l'interdiction des emballages à usage unique d'ici 2040, ne seront pas repoussées, selon la secrétaire d'Etat Brune Poirson.

Malgré la pression d'industriels invoquant la crise du coronavirus, la loi sur l'économie circulaire entrera en vigueur aux dates prévues, comme l'a assuré la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson. La loi votée en décembre 2019 prévoit notamment l'interdiction des emballages à usage unique d'ici 2040.

Si le gouvernement pourra faire preuve de souplesse concernant les dates prévues, par exemple pour des consultations publiques, en raison de la crise sanitaire et du confinement, "rien de ce qui a été prévu et voté dans la loi ne sera changé", a-t-elle expliqué ce mercredi, lors d'une audition en ligne par une commission au Sénat.

En effet, selon la secrétaire d'Etat, il n'y a rien "qui remette en cause ni l'ambition ni les dates d'application de la loi", alors que certains acteurs ont réclamé un report de l'entrée en vigueur des dernières mesures adoptées en matière d'économie circulaire.

La lutte contre le suremballage plastique d'ici 2022 sera bien mise en oeuvre

Plus précisément, l'Afep, qui représente 113 grandes entreprises du privé, a réclamé un report de l'application du nouveau plan d'action européen sur l'économie circulaire, comme l'a indiqué Brune Poirson. Le Medef a également demande un moratoire de six mois sur plusieurs dispositions énergétiques et environnementales.

???? Face à la tentation d'utiliser toujours plus de plastique pour emballer des produits dans certains de nos magasins, il est nécessaire de rappeler que NON le plastique n'est pas une matière barrière contre le #COVID19. Au contraire. https://t.co/yUzL8JSP6g
- Brune Poirson (@brunepoirson)

Mais "on ne reviendra pas sur l'ambition", a répété la secrétaire d'Etat, tout en promettant que la lutte contre le suremballage plastique sera bien mise en oeuvre d'ici deux ans. Pour rappel, le texte prévoit notamment une interdiction des emballages plastiques pour les lots de fruits et légumes de moins de 1,5 kg à partir de 2022.

"Le plastique n'est pas une barrière contre le virus"

Avec la pandémie de coronavirus, des industriels font le choix d'emballer dans du plastique, dont des aliments. Afin de rassurer les consommateurs, les enseignes ont en effet eu tendance à proposer de multiples emballages pour protéger les produits frais, faisant d'ailleurs grimper les prix des fruits et des légumes, comme l'avait souligné l'UFC-Que Choisir.

Or, "le plastique n'est pas une barrière contre le virus", a affirmé Brune Poirson, évoquant une étude publiée en mars dans la revue américaine 'NEJM', selon laquelle le Covid-19 serait détectable jusqu'à deux à trois jours sur des surfaces en plastique, contre 24 heures sur du carton.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.