Écotaxe sur le transport aérien : "environ 120.000 à 150.000 emplois" menacés, prévient Djebbari

Écotaxe sur le transport aérien : "environ 120.000 à 150.000 emplois" menacés, prévient Djebbari
Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports.

Boursier.com, publié le lundi 21 septembre 2020 à 11h17

L'instauration d'une écotaxe fait partie des mesures préconisées par les 150 participants de la Convention citoyenne pour le climat...

L'aérien va-t-il subir une écotaxe ? Proposée par la Convention citoyenne pour le climat, une taxation des vols courts ou longs n'est pas la solution, a estimé ce lundi le ministre délégué chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari, mettant en garde contre des "conséquences absolument délétères" sur le plan social pour le transport aérien.

"Dans ce contexte, il me semble que la moindre des choses est de dire quelles seront les conséquences de l'écotaxe... Les conséquences, notamment sociales, c'est la destruction à terme d'environ 120.000 à 150.000 emplois, ce qui paraît quand même un peu baroque dans la situation que nous connaissons", a-t-il révélé sur 'LCI'.

"En tant que responsable politique, il faut dire toutes les conséquences. Et les conséquences en termes d'emploi dans un moment où la France vit une crise majeure, elles seraient massives si cette taxe était imposée de façon autoritaire", a insisté le ministre délégué.

"Il y aura un débat démocratique"

Pour rappel, la Convention citoyenne a adopté le principe d'une "écocontribution kilométrique renforcée" de 30 euros par billet pour les vols de moins de 2.000 kilomètres, 60 euros pour les vols de plus de 2.000 kilomètres en classe éco. Lors de la restitution de la Convention citoyenne, Emmanuel Macron avait indiqué que la quasi-totalité des propositions seraient mise en oeuvre par le gouvernement.

Mais alors que les compagnies aériennes sont plongées dans la plus grave crise de leur histoire, le projet d'écotaxe fait désormais débat. "Il y aura un débat démocratique sur le sujet, la Convention citoyenne va continuer, il y a des groupes de travail qui se réunissent, et il y aura un projet de loi débattu démocratiquement qu'en début d'année prochaine ", a expliqué Jean-Baptiste Djebbari.

"Irresponsable et catastrophique" pour Ben Smith

La semaine dernière, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) a dévoilé aux différents acteurs du transport aérien une étude d'impact, selon laquelle le coût de cette taxe serait de 4,2 milliards d'euros pour le secteur.

Dans un entretien publié ce lundi par 'L'Opinion', le directeur général d'Air France-KLM Ben Smith a de son côté estimé que le projet d'écotaxe sur le transport aérien proposé par la Convention citoyenne "serait irresponsable et catastrophique pour notre groupe"...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.