EDF : le plan pandémie activé à Flamanville

EDF : le plan pandémie activé à Flamanville
EDF
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 16 mars 2020 à 15h16

Ce plan de continuité d'activité dans la centrale nucléaire de Flamanville ne doit pas avoir d'impact sur la production d'électricité.

EDF s'organise pour éviter les coupures de courant... Selon les informations d''Europe 1', l'énergéticien a déclenché ce lundi son plan pandémie à la centrale nucléaire de Flamanville, dans le Cotentin, un des foyers de l'épidémie de coronavirus en France.

Ainsi, seules les équipes essentielles à la sécurité et la sûreté sont autorisées à travailler sur le site. Les autres salariés resteront confinés chez eux. Le nombre d'employés présents va alors passer d'environ 800 à une centaine.

Pour rappel, EDF avait recensé plusieurs cas de coronavirus dans ses équipes. L'activation de son plan de continuité d'activité doit permettre de limiter sa propagation, tout en assurant le bon fonctionnement des installations.

Pas d'impact sur la production d'électricité

Ces mesures ne doivent pas impacter la production d'électricité car les deux réacteurs de Flamanville sont à l'arrêt pour des opérations de maintenance depuis plusieurs mois. Mais du combustible est toujours présent dans les réacteurs, nécessitant ainsi la présence d'équipes sur place. Le coup de frein à l'économie et les températures plus douces contribuent par ailleurs à baisser la consommation des Français.

Sur le chantier de l'EPR de Flamanville, qui souffre déjà de retards, un ralentissement des travaux est aussi à prévoir, comme l'a rapporté un porte-parole du groupe énergétique.

Faire face à 40% d'absentéisme pendant deux à trois semaines

EDF se veut rassurant et dit savoir gérer ce genre de situation, car il avait mis en place un "plan pandémie" au début des années 2000, déjà actualisé lors des épidémies du H1N1 et du Sras. Il doit permettre à l'électricien de faire face, sur chacun de ses sites de production électronucléaire et hydraulique, à 40% d'absentéisme durant deux à trois semaines et à 25% jusqu'à 12 semaines.

Selon 'Europe 1', si ce plan n'est pour le moment déclenché qu'à Flamanville, le groupe pourrait toutefois le déployer sur d'autres centrales et barrages dans les prochains jours si nécessaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.