EDF veut se développer dans le stockage de l'électricité

Chargement en cours
Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, a annoncé mardi 27 mars 2018 à Paris que le groupe voulait développer ses capacités de stockage de l'électricité dans le monde
Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, a annoncé mardi 27 mars 2018 à Paris que le groupe voulait développer ses capacités de stockage de l'électricité dans le monde
1/2
© AFP, ERIC PIERMONT

AFP, publié le mardi 27 mars 2018 à 16h16

EDF a annoncé mardi vouloir développer ses capacités de stockage de l'électricité dans le monde, afin de favoriser l'essor des énergies renouvelables.

L'électricien ambitionne de "développer 10 gigawatts (GW) supplémentaires de stockage dans le monde" d'ici 2035, a annoncé son PDG, Jean-Bernard Lévy, lors d'une conférence de presse.

Cela doit s'ajouter aux quelque 5 GW déjà exploités dans le groupe sous forme de batteries ou surtout via ses stations de transfert d'énergie par pompage (dites "Step"), qui permettent de stocker l'eau pour produire de l'hydroélectricité au bon moment.

L'investissement total doit représenter 8 milliards d'euros, qui ne seront pas supportés en intégralité par EDF. 

"Le stockage recèle un fort potentiel pour accélérer la transition énergétique", a jugé Jean-Bernard Lévy. Il permet ainsi de "lisser l'intermittence des énergies renouvelables, favorisant leur expansion".

La question du stockage est cruciale pour le développement des énergies renouvelables, dont la production est intermittente car le soleil et le vent ne brillent et ne soufflent pas en permanence.

L'offre d'EDF concerne d'une part les grands projets destinés à favoriser l'équilibre d'un système électrique, à l'échelle d'un territoire ou d'un pays entier. Sur ce marché, EDF vise 6 MW d'ici 2035, via des Step ou des grosses batteries. 

Mais le stockage s'adresse aussi aux ménages ou aux entreprises qui veulent se lancer dans l'autoconsommation de leur énergie d'origine renouvelable. 

Enfin, EDF cible les particuliers qui n'ont pas accès à un réseau électrique, comme dans certains pays d'Afrique. Le groupe français veut compter sur le continent 1,2 million de clients à l'horizon 2035, en s'appuyant sur des partenariats locaux, avec ses micro-kits solaires.

EDF souligne que le coût des batteries a été divisé par cinq en moins de dix ans, rendant la technologie plus abordable. Il s'agit aujourd'hui de batteries lithium-ion, mais EDF veut aussi explorer d'autres pistes, sans toutefois se lancer directement dans leur fabrication.

A court terme, le volet le plus tangible du nouveau plan sera l'accroissement des dépenses de recherche et développement dans ce domaine, qui doubleront, à 70 millions d'euros en 2018-2020. Quinze millions d'euros seront aussi consacrés à des projets et start-up liés au stockage électrique et à la flexibilité.

Cette annonce fait suite au "plan solaire" pour développer massivement le photovoltaïque en France, annoncé par EDF en décembre.

L'électricien, dont l'Etat est actionnaire à 83,50%, est pressé par le gouvernement de développer les énergies renouvelables alors que le pays veut réduire sa dépendance au nucléaire à moyen terme. Cela alors que le pays est en pleine réflexion sur son avenir énergétique et élabore sa programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour les périodes 2019-2023 et 2024-2028.

Ailleurs dans le monde, d'ambitieux programmes de stockage ont commencé à émerger. L'entrepreneur milliardaire Elon Musk a par exemple fait construire en Australie une batterie lithium-ion géante, connectée à un parc éolien, dans le but d'alimenter 30.000 logements. 

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
7 commentaires - EDF veut se développer dans le stockage de l'électricité
  • avatar
    aj81 -

    L'article tente d'indiquer la quantité d'énergie stockée actuellement et à l'avenir par EDF.
    Mais les données citées indiquent la capacité des stockages de restituer une certaine puissance instantanée en gigawatts (GW) mais rien au sujet de la durée pendant laquelle ces stockages seraient capables de la restituer. Pour avoir des chiffres crédibles, il faudrait pour cela indiquer :
    - soit la durée durant laquelle la restitution d'une telle puissance pourrait avoir lieu (quelques heures par exemple)
    - soit la valeur de l'énergie stockée et restituable, en Joules, ou pour être plus facilement compris par le consommateur EDF moyen en Gigawatts x heures (je rappelle que nos factures EDF indiquent une consommation en kilowatts x heures).

  • avatar
    taraxacum -

    Les autrichiens dont 80% de l'électricité est hydraulique utilisent massivement le stockage par pompage, on peut le développer dans nos régions montagneuses, mais le stockage par batteries est polluant et d'un coût prohibitif.

  • avatar
    santenay -

    oui mais pour stocker encore plus d'eau pour les stations hydros et en créer d'autres, il va falloir stocker et inonder certaines terres et dans les montagnes il y a moyen de la faire, mais c'est sans compter les écolos. Je préfère largement ce procédé à la fabrication polluante des piles.

  • avatar
    santenay -

    oui mais pour stocker encore plus d'eau pour les stations hydros et en créer d'autres, il va falloir stocker et inonder certaines terres et dans les montagnes il y a moyen de la faire, mais c'est sans compter les écolos. Je préfère largement ce procédé à la fabrication polluante des piles.

  • avatar
    lmpibt03458 -

    Les batteries sont hautement polluantes !

    avatar
    acalementvotre -

    donc on ne fait rien comme d"hab !