Edouard Philippe tente de calmer les automobilistes mais ne convainc pas

Edouard Philippe tente de calmer les automobilistes mais ne convainc pas©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 14 novembre 2018 à 16h35

Afin de tenter d'apaiser la colère qui grandit à quelques jours d'une mobilisation prévue un peu partout en France contre la hausse des prix du carburant, Edouard Philippe a annoncé quelques mesures à l'égard des automobilistes.

Des mesures en faveur des Français

Sur les ondes de RTL, le Premier ministre a dévoilé mercredi un plan de 500 millions d'euros. A propos de la prime à la conversion, il a déclaré : "Nous allons faire en sorte que pour les 20% des Français les plus modestes, une super-prime soit créée qui permettra de passer à 4.000 euros", alors qu'elle s'élève actuellement à 2.000 euros.

Edouard Philippe a également promis un élargissement du dispositif des indemnités kilométriques, évoquant le chiffre de 60 à 70 kilomètres parcourus par jour. Le chèque énergie sera quant à lui augmenté de 50 euros, comme prévu, et élargi à 5,6 millions de foyers.

Un plan qui ne convainc pas l'opposition

Des annonces qui ne sont pas du goût de l'opposition. C'est notamment le cas de Laurent Wauquiez, président des Républicains, qui estime que le plan gouvernemental évoqué par le Premier ministre est de "la micro-rustine". Selon lui Emmanuel Macron "n'a pas pas entendu les Français".

Il regrette notamment que les classes moyennes soient laissées de côté. Il n'y a, d'après lui, qu'une seule solution pour endiguer le problème : "arrêter les hausses de taxes".

Une mobilisation qui inquiète le gouvernement

La journée du 17 novembre, qui devrait être ponctuée de manifestations, de blocages de routes et d'opérations escargot, permettra au gouvernement de mesurer concrètement la colère suscitée par la hausse tendancielle des prix de l'essence et du diesel. Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé pour franceinfo et 'le Figaro', les trois quarts des Français (78%) soutiennent le mouvement contre la hausse des prix à la pompe.

Les forces de l'ordre interviendront pour dégager les routes si nécessaire, a annoncé l'exécutif mardi. "Je demande qu'il n'y ait aucun blocage total", a déclaré Christophe Castaner sur BFM TV et RMC. Mais selon lui, la question ne se posera probablement pas car "ce sont des citoyens qui savent aussi que la liberté de circuler est essentielle".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.