Emissions de gaz à effet de serre: la France a raté ses objectifs en 2016

Emissions de gaz à effet de serre: la France a raté ses objectifs en 2016

La France n'a pas tenu ses objectifs d'émissions de gaz à effet de serre en 2016, selon le premier bilan provisoire publié lundi par le ministère de la Transition écologique

AFP, publié le lundi 22 janvier 2018 à 19h25

La France n'a pas tenu ses objectifs d'émissions de gaz à effet de serre en 2016, selon un bilan provisoire publié lundi par le ministère de la Transition écologique, des résultats qui "appellent à une réaction", indique le ministère.

Après avoir atteint "sans marge" son objectif de 2015, la France a émis 463 millions de tonnes de gaz à effet de serre (en équivalent CO2) en 2016, soit 3,6% de plus que ce qui était prévu, le dérapage venant essentiellement des secteurs du transport et du bâtiment.

Les émissions ont toutefois baissé de 15,3% par rapport à leur niveau de 1990.

Cet écart s'explique essentiellement par des éléments conjoncturels, comme le faible prix des produits pétroliers "qui incite à la consommation", et l'indisponibilité de certaines centrales nucléaires "qui a provoqué un recours accru aux centrales" à charbon et à gaz, selon le document mis en ligne par le ministère. 

"Certains indicateurs sectoriels s'écartent dès 2015 de la trajectoire", notamment dans le bâtiment et les transports, relève-t-il.

Il s'agit du "premier écart à la trajectoire", définie dans la Stratégie nationale bas carbone, qui fixe chaque année un "budget carbone" à respecter afin d'atteindre une baisse de 27% des émissions de gaz à effet de serre en 2028 par rapport à 2013, et -75% d'ici 2050.

Ces résultats impliquent que la France "ne peut pas avoir un regard prétentieux" vis-à-vis du reste du monde, a estimé le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. "Nous avons nous-mêmes nos propres contradictions", a-t-il dit lundi lors de ses voeux à la presse.

"Un renforcement des actions apparaît donc nécessaire pour rester en phase avec nos objectifs", indique le ministère.

Les émissions de gaz à effet de serre françaises proviennent essentiellement des transports (29%), de l'agriculture (20%) et du bâtiment (19%), et tous ont engendré plus d'émissions que ce qu'ils auraient dû.

- 11% de trop dans le bâtiment -

La palme revient au secteur du bâtiment, dont les émissions sont globalement stables depuis 1990 mais ont dérapé de 11% par rapport à l'objectif, les ménages ayant eu plus recours aux énergies carbonées pour le chauffage.

Dans les transports, les émissions sont 6% supérieures à ce qui était attendu et en hausse de 12,4% depuis 1990, et elles sont 3% trop élevées dans l'agriculture.

A l'inverse, celles issues de l'industrie sont globalement conformes aux attentes grâce au développement de "nouvelles technologies de production", tandis que celles venues de l'énergie et des déchets sont inférieures au plafond prévu.

Le ministère de la Transition écologique met en avant les mesures de son Plan Climat pour améliorer la performance française.

Le gouvernement a décidé d'accélérer la montée en puissance du prix du carbone, de soutenir le remplacement des véhicules à forte émission de gaz à effet de serre par des véhicules moins pollueurs ou encore de renforcer la rénovation énergétique des bâtiments.

La Stratégie nationale bas carbone doit être révisée cette année, notamment pour y inclure l'objectif ambitieux de neutralité carbone à l'horizon 2050.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
13 commentaires - Emissions de gaz à effet de serre: la France a raté ses objectifs en 2016
  • avatar
    chti74 -

    Et ce n'est pas fini ! Car la fermeture de Fessenheim obligera à rouvrir les centrales à charbon, très polluantes !!!!

  • avatar
    matou-combo -

    le dérapage venant essentiellement des secteurs du transport et du bâtiment.

    SURTOUT LE DIESEL DE NOS VEHICULES PERSONNELS

    Mais pas les cargos, les camions , les avions , pas les usines , pas les cars Macron etc .......

    avatar
    chti74 -

    Que vous êtes mauvaise langue ! ..... Vous ne savez pas encore, dans un souci de bien-pensance, qu'il ne faut pas dire les vérités ? Comme par exemple : les objectifs arbitrairement fixés étaient t-ils réalistes ? Ou n'étaient-ils fixés de façon sournoise que pour créer une culpabilisation ?

  • avatar
    FelixM -

    Curieux que le bilan provisoire pour 2016 soit annoncé seulement maintenant, un an plus tard !

  • avatar
    ALLONZYDONC -

    mais on s'en f......!!

  • avatar
    droitecoll -

    ,Des scientifiques autres que ceux à la botte des taxes , disent que le co2 n'y est en rien dans les conséquences de la couche d'ozone , et surtout pas le diesel , il faut en convenir , le diesel n'est pas bon pour la santé , mais la part de l'auto et surtout avec le filtre à particules n'est pas le plus polluant , surtout que les concepteur s des systèmes sur ces moteurs on fait d'énormes progrès , l'erreur à été de pousser à outrance les ventes à une époque ou ils ne maîtrisaient ce système d'injection , erreur que des politiques d'incapables nous font gravement payer !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]