Emmanuel Macron juge "regrettable" la décision de Trump sur Jérusalem

Emmanuel Macron juge "regrettable" la décision de Trump sur Jérusalem©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 07 décembre 2017 à 00h25

Le président français Emmanuel Macron s'est joint mercredi à un concert de critiques internationales après  la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël, et d'y déplacer l'Ambassade des Etats-Unis actuellement située à Tel Aviv.

La décision du président américain de reconnaître "unilatéralement" Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël est "regrettable", a ainsi déclaré mercredi Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse, à Alger, où il était en déplacement...

"Appel au calme, à l'apaisement et à la responsabilité"

"C'est une décision regrettable, que la France n'approuve pas et qui contrevient au droit international et aux résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu", a ajouté le chef de l'Etat français. "Le statut de Jérusalem est une question de sécurité internationale qui concerne toute le communauté internationale, le statut de Jérusalem devra être déterminé par les Israéliens et les Palestiniens dans le cadre de négociations sous l'égide des Nations unies", a-t-il poursuivi.

Emmanuel Macron a aussi lancé "un appel au calme, à l'apaisement et à la responsabilité de tous, nous devons éviter à tout prix les violences et privilégier le dialogue", a-t-il dit en ajoutant que "la France est prête avec ses partenaires à prendre toutes les initiatives utiles en ce sens".

D'autres dirigeants politiques mondiaux ont eux aussi appelé le locataire de la Maison Blanche à peser ses mots et mesurer les conséquences de sa décision sur Jérusalem.

Réunion, vendredi, du Conseil de Sécurité de l'ONU

La chancelière allemande, Angela Merkel, notamment, a fait savoir que son gouvernement n'approuvait pas la décision de Donald Trump. Berlin "ne soutient pas cette position, parce que le statut de Jérusalem doit être réglé dans le cadre d'une solution à deux Etats", a-t-elle déclaré, citée par un porte-parole du gouvernement.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a affirmé que le statut de Jérusalem ne peut être résolu que par une "négociation directe" entre Israéliens et Palestiniens, ajoutant être opposé à "toute mesure unilatérale". "Il n'y a pas d'alternative à la solution de deux Etats" avec "Jérusalem comme capitale d'Israël et de la Palestine", a-t-il ajouté.

De sources diplomatiques, le Conseil de sécurité des Nations unies devrait se réunir vendredi pour évoquer la décision de Donald Trump.

Trois "jours de colère" annoncés par les Palestiniens

Pour le mouvement islamiste palestinien Hamas, la décision du président américain ouvre "les portes de l'enfer pour les intérêts américains dans la région". De son côté, Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, a rejeté la décision de Donald Trump et déclaré que Jérusalem restait la "capitale éternelle de l'Etat de Palestine".

Les groupes palestiniens ont appelé à trois " jours de colère". Dans la bande de Gaza, des centaines de Palestiniens en colère ont brûlé des drapeaux américains et israéliens et des portraits de Donald Trump. Un rassemblement est prévu jeudi à Ramallah en Cisjordanie, territoire occupé par l'armée israélienne depuis 50 ans.

Réunions des institutions arabes

Au Vatican, le pape François a affirmé que "je ne peux taire ma profonde inquiétude" et a "adressé un appel vibrant pour que tous s'engagent à respecter le statu quo de la ville, en conformité avec les résolutions pertinentes de l'ONU".

Par ailleurs, la Ligue arabe se réunira samedi en séance extraordinaire. L'Organisation de la coopération islamique (OCI) fera de même à Istanbul le 13 décembre pour coordonner la réaction de ses 57 Etats membres, a annoncé la présidence turque.

La Turquie a jugé "irresponsable" la décision américaine. "Nous condamnons la déclaration irresponsable de l'administration américaine (...) cette décision est contraire au droit international et aux résolutions de l'ONU", a réagi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

Le Premier ministre israélien Netanyahu salue "un jour historique"

Seul le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a salué comme un "jour historique" la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d'Israël par les Etats-Unis. Jérusalem "est la capitale du peuple juif depuis 3.000 ans, c'est la capitale d'Israël depuis presque 70 ans", a-t-il estimé.

M. Netanyahu a toutefois affirmé que la décision du président américain ne changerait rien en ce qui concerne les lieux saints des trois grandes religions monothéistes à Jérusalem, affirmant l'engagement israélien à maintenir le "statu quo". Jérusalem abrite des lieux sacrés pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, dont le troisième lieu saint de l'islam, l'esplanade des Mosquées...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU