Emmanuel Macron signe une loi antiterroriste controversée

Emmanuel Macron signe une loi antiterroriste controversée©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 30 octobre 2017 à 16h59

Emmanuel Macron a signé ce lundi la nouvelle loi anti-terroriste au côté de Gérard Collomb et de Christophe Castaner... Celle-ci va donc prendre le relais de l'état d'urgence mis en place en France après les attentats de novembre 2015.

Une nouvelle loi particulièrement décriée depuis le début du mandat du Président de la République.

Une évaluation prévue très rapidement

"Cette loi nous permettra de sortir de l'état d'urgence à compter du 1er novembre, tout en assurant pleinement la sécurité de nos concitoyens", a déclaré le chef de l'Etat. Il a par ailleurs ajouté que toutes les dispositions prises dans cette nouvelle loi seraient évaluées dans deux ans, et modifiées en fonction des résultats obtenus.

Ce texte contient plusieurs axes majeurs : l'assignation individuelle, dans un périmètre géographique déterminé lorsqu'une personne menace l'ordre public ou la sécurité des citoyens.

Les perquisitions administratives sont également autorisées, sur autorisation du juge des libertés. Les préfets pourront aussi exiger la fermeture de lieux de cultes s'il y a un risque potentiel d'actes terroristes ou de propagande...

Une nouvelle loi décriée

Outre ces quelques nouveautés, plus globalement, cette loi anti-terroriste ne fait que transcrire dans le droit commun les dispositions de l'état d'urgence... Des mesures qui ne seront donc désormais plus exceptionnelles mais régulièrement appliquées, et qui provoquent la colère et l'indignation d'un grand nombre d'associations de défense des droits de l'homme et des libertés individuelles.

Amnesty International France, la Ligue des droits de l'Homme ou encore le syndicat de la magistrature se sont fermement opposés à ce projet de loi lors de son adoption par le Sénat en juillet dernier... Ils estiment tous que ces dispositions portent atteintes aux libertés individuelles, dans un climat ou la suspicion est de mise, et les droits sont de plus en plus restreints...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.