En cas de reconfinement, les Français seraient 4 fois plus nombreux à choisir d'épargner plus

En cas de reconfinement, les Français seraient 4 fois plus nombreux à choisir d'épargner plus©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 28 octobre 2020 à 10h39

Selon un sondage Odoxa pour Aviva, 78% des Français choisiraient d'abord un placement sûr plutôt qu'un placement plus risqué, mais offrant un meilleur rendement (22%)...

Alors qu'Emmanuel Macron doit s'adresser aux Français ce mercredi à 20h pour présenter un nouveau tour de vis dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19, qui pourrait aller jusqu'à un reconfinement national, la consommation des Français pourrait connaître un nouveau coup de frein, comme le révèle un sondage Odoxa pour Aviva, dévoilé par 'Les Echos'.

En cas de nouveau confinement, les Français, plus incertains sur leur avenir, seraient alors 4 fois plus nombreux à choisir d'épargner plus (37%) plutôt que de consommer plus (9%), selon cette étude réalisée auprès d'un échantillon 1.004 Français interrogés par Internet les 14 et 15 octobre représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus.

Dans le détail, près de 8 sondés sur 10 choisiraient d'abord un placement sûr plutôt qu'un placement plus risqué, mais offrant un meilleur rendement (22%).

"L'incertitude économique pèse"

"Sur cet indicateur, il est important de souligner la hausse de 7 points de la part de Français privilégiant un placement sûr en comparaison à mai 2018, cette progression montrant combien l'incertitude économique pèse, au-delà du réflexe d'épargne, sur les choix qui sont opérés pour faire fructifier l'argent placé ", a expliqué au quotidien le directeur de clientèle chez Odoxa Erwan Lestrohan.

Les Français mettraient ainsi leurs économies de côté, comme lors du confinement de mars dernier. Entre mars et juillet 2020, les dépôts sur comptes d'épargne ont atteint un nouveau record de plus de 85 milliards d'euros, selon les chiffres de la Banque de France. Si on ajoute à cette somme toutes les espèces, elle atteint même 107,5 milliards d'euros.

"C'est le montant total de l'épargne accumulé sur leurs comptes à vue, leurs livrets et comptes rémunérés une fois déduits leurs crédits, c'est un chiffre historique à l'image de la crise que nous traversons", avait indiqué au 'Parisien' Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l'international à la Banque de France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.