En Chine, Bitcoin et électricité ne font pas bon minage

En Chine, Bitcoin et électricité ne font pas bon minage©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 04 janvier 2018 à 07h13

La banque centrale chinoise, comme ses homologues ailleurs dans le monde, s'intéresse au bitcoin. Une réunion à huis-clos aurait eu lieu mercredi pour évoquer la question, mais sous un angle particulier : la consommation d'énergie inquiétante générée par le "minage" des cryptomonnaies.

La Banque Populaire de Chine, ou "PBOC" pour les anglo-saxons, s'inquiète en effet pour les ressources électriques chinoises, qui sont fortement sollicitées par le développement des monnaies comme le bitcoin. Le Chine héberge en effet la plupart des activités de "minage" de la planète, aux dires des experts. Derrière le terme de minage, se cache le processus complexe qui légitime les cryptomonnaies. Derrière chaque transaction, une machine enregistre l'opération, la valide et en assure la traçabilité, créant un bloc qui alimente la blockchain. Mais seul l'ordinateur le plus rapide est retenu, ce qui permet à son propriétaire de percevoir une rémunération. Par conséquent, une importante économie s'est développée autour du minage, de l'amateur depuis son salon jusqu'au professionnel lourdement équipé. Selon le Bitcoin Energy Consumption Index de Digiconomist, les revenus du minage représenteraient actuellement en données annualisées environ 14,5 milliards de dollars, pour des coûts inférieurs à 1,9 Md$.

Un système gourmand en énergie

Mais les autorités chinoises considèrent que la consommation d'énergie liée à cette activité commence à poser de sérieux problèmes, a appris l'Agence Bloomberg. Elle représenterait l'équivalent de la consommation de 3,4 millions de foyers américains, selon l'indice de Digiconomist, ou d'un pays comme le Qatar. Les "mineurs" chinois tireraient partie des installations hydroélectriques des provinces du Yunnan et du Sichuan, qui leur permettent d'obtenir de l'énergie bon marché. Le PBOC ainsi que d'autres régulateurs locaux seraient en train de chercher la parade. Il ne serait toutefois pas question de fermer les vannes, mais plutôt de réguler l'activité, ont nuancé plusieurs sources locales.

L'écosystème des cryptomonnaies n'a pas fini de faire couler de l'encre dans les années à venir. Encore mal connu, il constitue à n'en pas douter un enjeu macroéconomique majeur, empiétant sur un domaine qui était il y a encore peu l'apanage exclusif des Etats. Mais il pose aussi des problèmes beaucoup plus terre à terre, dont la consommation énergétique n'est pas le plus mince.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.