En Chine, les citoyens "mal notés" ne pourront pas prendre les transports

En Chine, les citoyens "mal notés" ne pourront pas prendre les transports
Air China compagnie aérienne Chine

Boursier.com, publié le mardi 20 mars 2018 à 16h51

Depuis plusieurs mois, la Chine teste un nouveau système qui lui permettra de sanctionner les citoyens qui commettent des infractions. Un système qui sera mis en place officiellement à partir du 1er mai.

Une note à partir de toutes les informations collectées

Une idée étonnante, voire effrayante. Selon l'agence de presse Reuters, la Chine collecterait depuis de très nombreuses années des données personnelles de ses citoyens, que ce soit sur les réseaux sociaux, sur les smartphones, mais aussi des informations provenant de la police ou encore du fisc. L'objectif : octroyer à chaque citoyen une "note sociale".

Le comportement sera scruté à la loupe, que ce soit un crachat dans la rue ou encore une opinion politique inquiétante. Toutes ces infractions empêcheront les Chinois de prendre l'avion et le train, si leur note est trop basse. Les personnes fichées auront une interdiction totale d'utiliser ces deux moyens de transport durant un an.

Une méthode déjà utilisée secrètement ?

Certains signent montrent que même si cette répression n'entrera en vigueur qu'à partir du 1er mai prochain, le gouvernement chinois aurait déjà pu avoir recours à cette pratique par le passé, secrètement. Reuters dévoile qu'en 2017, la Cour populaire suprême de Chine a déclaré lors d'une conférence de presse que 6,15 millions de citoyens chinois avaient été interdits de prendre des vols pour des méfaits sociaux.

Xi Jinping, le président chinois, cherche ainsi à s'assurer de la "fiabilité" de ses citoyens. Ces informations s'élargiront à d'autres domaines par la suite. Une personne qui aurait eu du mal à rembourser un crédit dans le passé se verra refuser l'accès à certains lieux payants. La Chine a pour objectif d'uniformiser ce système pour qu'il soit opérationnel à 100% en 2020.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU