Endettement : les sociétés les plus vulnérables en question...

Endettement : les sociétés les plus vulnérables en question...
Calcul des taux

Boursier.com, publié le mercredi 26 septembre 2018 à 12h58

Si les sociétés non financières de la zone EMEA sont aujourd'hui, pour la plupart, en meilleure posture, celles notées dans la fourchette basse de l'échelle de notation sont nombreuses à tirer parti de leurs bons résultats 2017 pour alimenter la dynamique des recapitalisations de dividendes ou des acquisitions financées par emprunt, plutôt que se désendetter en anticipation de conditions moins clémentes, indique Moody's Investors Service ("Moody's") dans un rapport publié aujourd'hui...

Intitulée "Non-financial companies - EMEA Strong 2017 results, but weaker firms not saving for the rainy days ahead", cette publication est disponible sur www.moodys.com.

"Si le ratio médian d'endettement des sociétés non financières notées en EMEA a baissé en 2017, les plus fragilisées n'ont, pour autant, pas su conserver la marge de manoeuvre financière que leurs résultats en hausse pouvaient leur offrir" souligne William Coley, Senior Vice President chez Moody's. "La proportion plus forte de sociétés endettées vulnérables porte en germe le risque d'un pic de taux de défaut lors du prochain cycle baissier du marché du crédit".

Plus vulnérables

S'agissant des sociétés notées en catégorie B et en deçà, leur bonne performance a souvent été contrebalancée par des recapitalisations de dividendes et acquisitions financées par emprunt qui ont eu pour effet de les rendre plus vulnérables dès lors que les conditions de crédit se dégradent...

"Même dans l'environnement de crédit globalement favorable qui a prévalu ces deux dernières années, nous avons enregistré auprès des sociétés non financières le nombre de défauts le plus élevé depuis 2009, une tendance attribuable au volume plus élevé, en valeur absolue, de sociétés plus vulnérables qui sont désormais notées", explique M. Coley.

Moody's relève cependant que le taux médian d'endettement - à savoir la dette ajustée par Moody's rapportée à l'EBITDA - pour les catégories A, Baa et Ba a régulièrement diminué en 2017 et les bénéfices se sont consolidés dans un contexte de stabilisation de la dette...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.