Enseignement à distance : des cyberattaques venues de Russie et de Chine

Enseignement à distance : des cyberattaques venues de Russie et de Chine
Cours à distance, école à la maison.

Orange avec Boursier.com, publié le lundi 12 avril 2021 à 17h29

Le Cned a été victime d'attaques "par déni de service", qui ont pour objectif de rendre indisponible un service ou d'empêcher les utilisateurs d'un service de l'utiliser, en saturant les serveurs...

Le Cned a été victime d'attaques "par déni de service", qui ont pour objectif de rendre indisponible un service ou d'empêcher les utilisateurs d'un service de l'utiliser, en saturant les serveurs...

Ralentissements, bugs, serveurs saturés... Alors que tout devait être prêt pour le retour de l'école à distance mardi dernier, en raison de la fermeture des établissements décidée par le gouvernement pour faire face à l'épidémie de Covid-19, les différentes plateformes numériques, qui doivent permettre d'assurer les cours à distance pour les enfants, ont souffert de nombreuses perturbations tout au long de la semaine.

"Ecole à distance, saison 2, des ENT (Espaces Numériques de Travail, ndlr] en rade, ma classe à la maison du Cned perturbée. Confirmation qu'aucune leçon n'a été tirée du crash de l'an dernier", avait déploré le Snes-FSU, principal syndicat du secondaire sur Twitter.

Outre les problèmes de connexion "qui relèvent souvent des opérateurs" rencontrant des difficultés techniques face à une fréquentation exceptionnelle, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer avait évoqué une cyberattaque étrangère contre le Centre national d'enseignement à distance (Cned).

Attaques "par déni de service"

"Il y a eu de vraies attaques, renouvelées plusieurs fois" a confirmé dimanche une source policière au 'JDD'. "Elles émanent bien de l'étranger, Russie et Chine", a-t-elle précisé, notant que "cela ne signifie pas que les commanditaires sont russes ou chinois".

Le Cned a été victime d'attaques "par déni de service", qui ont pour objectif de rendre indisponible un service ou d'empêcher les utilisateurs d'un service de l'utiliser, en saturant les serveurs avec de multiples tentatives de connexion simultanées. En d'autres termes, des ordinateurs basés en Chine et en Russie ont bombardé de connexions ses serveurs de manière à les saturer.

Déjà des pannes en mars 2020

Pour rappel, le Cned propose trois plateformes pédagogiques gratuites en fonction des niveaux (école, collège, lycée) au sein du dispositif "Ma classe à la maison", que Jean-Michel Blanquer devait promouvoir lors d'un déplacement mardi dernier, premier jour d'au moins trois semaines de fermeture des écoles en raison de l'épidémie de coronavirus.

En mars 2020, lors du premier confinement, de multiples pannes avaient déjà touché les espaces numériques de travail et les outils de visioconférence, indispensables pour la poursuite de l'enseignement à distance. Comme le révélait 'Challenges', la Cned avait également été victime au printemps dernier d'une vaste cyberattaque "par déni de service".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.