Entre espoirs et doutes, le déconfinement est en route !

Entre espoirs et doutes, le déconfinement est en route !
vue des Champs elysées

Boursier.com, publié le mardi 12 mai 2020 à 00h10

Après 55 jours de confinement pour juguler la crise de coronavirus, les Français ont retrouvé depuis lundi une partie de leur liberté. Malgré les contraintes sanitaires, écoles et entreprises rouvrent en espérant éviter une 2e vague de Covid-19.

Le déconfinement graduel de la France a débuté comme prévu lundi pour des centaines de milliers de salariés, malgré des doutes et des difficultés, notamment dans les transports en commun parisiens. De nombreux professeurs des écoles étaient au rendez-vous en vue lundi, en vue de préparer l'accueil d'une partie des enfants des classes de primaire à partir de ce mardi matin.

La levée du confinement va permettre la réouverture d'environ 400.000 entreprises employant des millions de salariés. Les commerces non essentiels fermés depuis le 17 mars (notamment les coiffeurs, les librairies, les magasins de vêtements) peuvent désormais à nouveau accueillir des clients, sous réserve de respecter des consignes sanitaires strictes, à l'exception notable des restaurants, cafés et bars, dont le sort sera connu fin mai.

Crainte d'une résurgence du coronavirus

Pour les Français, l'espoir de retrouver son emploi et de remettre en marche l'économie du pays, est toutefois mitigé par la crainte d'une possible résurgence de cas de coronavirus, d'autant que plusieurs foyers ont été décelés ce week-end en France dans un collège, un foyer de jeunes travailleurs et à l'occasion d'un enterrement...

La levée progressive des restrictions de déplacements en vigueur depuis le 17 mars, devrait ainsi entraîner un léger regain du virus, mais le gouvernement mise sur la discipline de l'ensemble des citoyens pour éviter que cela ne se transforme en nouvelle vague de la maladie.

Mise en garde d'Olivier Véran

"Si le virus devait reprendre sa course folle avec l'absence de contrôle et des risques pour la santé des Français, nous serions amenés à prendre à nouveau des mesures de confinement territorialisées", a rappelé lundi le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur 'BFMTV' et 'RMC'.

Comme pour mettre les Français en garde, le bilan quotidien de l'épidémie est reparti à la hausse lundi, avec 263 morts en 24h, ce qui porte le total depuis le 1er mars à 26.643 décès. Dimanche, ce bilan avait toutefois été le plus faible depuis la mi-mars, avec 70 décès seulement.

Etat d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 10 juillet

En début de la soirée, lundi, le Conseil constitutionnel a validé la prolongation de l'état d'urgence sanitaire en France, qui fixe le cadre juridique du déconfinement. Cependant, le Conseil a censuré plusieurs dispositions concernant l'isolement des malades et le "traçage" de leurs contacts. Le projet de loi proroge jusqu'au 10 juillet l'état d'urgence sanitaire pour faire face à l'épidémie de coronavirus, qui avait été instauré le 23 mars pour une durée initiale de deux mois.

Les transports en commun, composante essentielle de la réussite du déconfinement sont particulièrement surveillés, notamment en Ile-de France, qui reste classée en zone rouge (circulation active du virus et services d'urgence sous tension).

Gros couacs pour la distanciation sociale sur la Ligne 13 du métro parisien

Le port du masque est obligatoire dans les transports en commun, de même que le respect des distances de sécurité d'un mètre entre les personnes, ce qui a parfois été difficile à respecter, notamment sur la ligne 13 du métro parisien (une ligne particulièrement surchargée en temps normal).

Le gouvernement et la RATP ont imputé les problèmes sur cette ligne 13 à un démarrage plus tardif que prévu de la ligne en raison de travaux nécessaires à la suite des intempéries de la nuit en région parisienne. Le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a cependant estimé qu'à quelques exceptions près, cette première journée de déconfinement se déroulait "correctement" et que les dispositifs mis en place évolueraient en cas de besoin.

50 km de bouchons seulement en Ile-de-France

La SNCF s'est félicitée pour sa part que "la quasi-totalité de nos voyageurs portaient un masque en gare et dans les trains ce matin et ce soir". "Aujourd'hui nous avons transporté environ 15% des voyageurs habituels à bord de nos TER et Transilien et 10% des voyageurs habituels à bord de nos TGV", a ajouté la SNCF dans un communiqué.

Le trafic sur les routes franciliennes est également resté très faible, avec un cumul de bouchons d'une cinquantaine de kilomètres vers 08h00 du matin, alors que le pic moyen dépasse les 350 km en temps normal.

Dans la soirée, à Paris, les forces de l'ordre sont intervenues dans le calme pour faire évacuer, à l'aide de porte-voix, les quais du canal Saint-Martin, où de nombreux promeneurs s'étaient rassemblés pour marquer la fin du confinement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.