Entreprises : ce que va changer la nouvelle génération de cadres...

Entreprises : ce que va changer la nouvelle génération de cadres...
chef d'entreprise face à un écran

Boursier.com, publié le mardi 27 mars 2018 à 14h36

Le cabinet Boyden présente les résultats de son premier baromètre sur la transformation des entreprises réalisé par l'IFOPParmi les principaux enseignements du premier baromètre du cabinet de chasse de têtes Boyden, mené auprès de 800 cadres dirigeants âgés de 35 à 45 ans, sur la transformation des entreprises, 82% affirment être satisfaits de leur situation professionnelle.

Plus de 70% des cadres dirigeants interrogés sont parmi les plus optimistes pour l'avenir, alors que 68% de cadres dirigeants estiment que le changement de génération survenu à la tête du pays va favoriser la transformation des entreprises françaises...

Ce baromètre a pour ambition d'analyser à la fois les attentes des cadres dirigeants et de comprendre comment ils se projettent en tant que futurs dirigeants...

Caroline Golenko, associée chez Boyden, explique : "Nous avons initié cette étude car nous avions une intuition depuis 2-3 ans, selon laquelle la génération des managers de 35-45 ans avait des attentes, vis-à-vis des entreprises, différentes de celles de ses aînés. Il nous a semblé important de préciser ces informations pour nos clients dirigeants, confrontés à cette génération et à ses interrogations, pour eux, nouvelles."

Optimisme affiché

Le baromètre met donc en lumière, dans un premier temps, le fait que 82% des cadres dirigeants interrogés par l'IFOP se disent satisfaits de leur situation professionnelle, motivée à la fois par le contenu de leurs missions et l'ambiance de travail au sein de leur entreprise... Ils parviennent ainsi plus facilement à se projeter avec optimisme dans l'avenir, qu'il s'agisse de leur secteur d'activité (77%), de leur entreprise (75%) ou encore de leur propre situation professionnelle (72%).

Par la suite, 53% d'entre eux envisagent dans les 5 ans de devenir dirigeants de leur entreprise voire de créer leur propre entreprise...

Rupture

Le contexte socio-politique n'est pas complètement étranger à cet état d'esprit empreint de confiance... En effet, ces cadres supérieurs perçoivent clairement une rupture depuis qu'une nouvelle génération a pris les commandes de l'État. 68% des interviewés estiment que cela va favoriser la transformation des entreprises, voire modifier fortement la gouvernance publique (62%), impact moins prononcé sur la gouvernance privée (49%).

Concernant la digitalisation, les cadres comprennent qu'elle est aujourd'hui incontournable lorsque l'on parle de transformation dans l'entreprise. Elle apparaît néanmoins pour beaucoup comme une mutation essentiellement technique, et ne satisfait pas assez la dimension humaine de leurs attentes.

Ils placent en effet au coeur de leurs souhaits l'évolution des styles de management (33%), le dialogue (31%) et la formation (33%), bien davantage que la digitalisation et la transformation numérique (23%). Le plus grand décalage réside dans les modes de rémunération des salariés, premier aspect sur lequel la transformation est encouragée... et le dernier lorsque les cadres se voient futurs dirigeants.

Diversité, féminisation, jeunesse

Enfin, si l'on prête attention aux valeurs que ces futurs dirigeants mettent en avant, on s'aperçoit que la diversité (13%), la féminisation (8%), la jeunesse (5%) sont les dernières valeurs qu'ils souhaitent promouvoir. Ces résultats montrent qu'il ne s'agit plus d'un sujet pour eux, elles font partie des acquis. En revanche, la responsabilité (45%), la performance (40%) le respect (39%) ou l'innovation (35%) sont les valeurs ou idées dont ils feront la promotion en priorité.

Frédéric Dabi, Directeur général adjoint de l'IFOP, explique : "Cette étude révèle toute l'ambiguïté que peut receler la notion de transformation des entreprises. Ce concept bénéficie, certes, d'une forte légitimité de la part de cadres qui se l'approprient, mais le risque de fractures sur le contenu de cette transformation est réel."

Anita Pouplard, associée chez Boyden, ajoute : "La révolution numérique et digitale en cours dans les entreprises ne saurait, pour ces cadres âgés de 35 à 45 ans, résumer à elle seule la transformation. Au contraire, ces cadres mettent avant tout au coeur de leurs attentes une évolution des modes de rémunération, des styles de management et une plus grande importance accordée au développement des compétences. Lorsque ceux-ci se projettent en tant que dirigeants, l'humain reste au centre de leur priorité au même titre que la performance. "

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Entreprises : ce que va changer la nouvelle génération de cadres...
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    le 27 03 2018 à 18 17

    Avec l'intelligence arificielle, il n'y aura plus besoin de cadre? Pourquoi vouloir encadré des robots, par définition et par construction les cadres ne seront plus utiles et seront remplacés par l'intelligence artificielle.

    c'est la Vrai transformation des entreprises.

    Ce n'est pas parce qu'on est en 2018 et que l'on entend ce que l'on entend, que l'on voit ce qu'e l'on voit, qu'on ne peut penser ce que l'on pense!

    la motivation des Hommes depuis le commencement de l'humanité n' a pas changé...Les effets de mode, la communication change, mais tout cela n'est que superficiel.