Entreprises : Les ETI françaises restent optimistes, mais ont toujours autant de mal à recruter !

Entreprises : Les ETI françaises restent optimistes, mais ont toujours autant de mal à recruter !
bureau entreprise

Boursier.com, publié le mardi 23 juillet 2019 à 07h28

Les sociétés exportatrices se montrent plus prudentes, car elles sont exposées au ralentissement de la demande mondiale, selon une enquête menée par BPI France et Bercy...

Les entreprises de taille intermédiaire (ETI) françaises restent optimistes sur l'évolution de leur activité cette année, même si les sociétés exportatrices exposées au ralentissement de la demande mondiale sont plus prudentes... L'enquête menée en avril-mai par la banque publique d'investissement Bpifrance et la Direction générale des entreprises du ministère de l'Economie montre que l'emploi devrait toujours progresser fortement en France pour ces entreprises, malgré un ralentissement sur un an.

Les ETI françaises sont 53% à anticiper une hausse de leur activité en 2019, contre 9% qui craignent de la voir diminuer. Le solde, à +44, reste à un niveau élevé, mais s'inscrit 8 points sous son niveau de 2018. Il varie peu (-2 points, à 43 points) pour les entreprises peu internationalisées, mais diminue nettement (-23 points, à 53 points) pour celles qui sont le plus exposées aux marchés étrangers (plus de 25% du chiffre d'affaires à l'export). La baisse est de 15 points (à +36) pour les ETI moyennement exportatrices (entre 5% et 25% de leur CA à l'international).

Rythme modéré pour les commandes

Après leur forte hausse de 2018, les carnets de commandes ou de réservations se remplissent à un rythme plus modéré, l'indicateur prévisionnel des carnets de commandes ou de réservations reculant de 13 points sur un an, à +20...

S'agissant de l'évolution des effectifs, le solde prévisionnel dans l'Hexagone, où les ETI nationales rassemblent 91% en moyenne de leurs effectifs, recule de quatre points à +35, un niveau qui reste parmi les plus élevés depuis la première édition de cette enquête annuelle, en 2011. Les effectifs à l'étranger sont également prévus en hausse, l'indicateur, à +16, restant quasi stable.

Des recrutements difficiles

De plus, les ETI rencontrent toujours davantage de difficultés à recruter : 43% ont signalé d'importantes difficultés de recrutement en 2018 contre 36% en 2017. Pour 80% de ces entreprises, il est difficile d'établir une bonne adéquation entre leurs attentes et celles des candidats, le niveau de qualification du salarié étant la principale raison mise en avant (59% des citations).

Enfin, le volume des investissements a poursuivi sa hausse depuis 2018 mais à un rythme moins soutenu que lors des douze mois précédents et les prévisions en la matière restent bien orientées, avec un solde positif de +28 (-7 points) pour les investissements de croissance interne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.