Epilogue du feuilleton autour de l'hôtel de Broglie

Epilogue du feuilleton autour de l'hôtel de Broglie©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 21 décembre 2017 à 12h27

L'Assemblée nationale conservera finalement l'hôtel de Broglie qui se trouvait au coeur d'un affrontement en coulisse au sein même de la majorité parlementaire... A la quasi unanimité de ses 21 membres, le bureau de l'Assemblée a donc rejeté la proposition du premier questeur, Florian Bachelier, proche du président du groupe "en Marche" Richard Ferrand, de rendre le bâtiment à l'Etat, comme le permettait le contrat après l'achat des lieux à hauteur de 63 millions d'euros en 2016.

Le bureau explique avoir "confirmé la réalisation du programme immobilier de Broglie, afin d'y aménager un ensemble de bureaux et d'espaces de travail pour les députés et leurs collaborateurs"... "Cette opération permettra notamment à l'Assemblée de développer une stratégie immobilière pérenne, en mettant fin à la pratique coûteuse de toute location immobilière."

Rappelons qu'une lutte en coulisse opposait François de Rugy, le président de l'Assemblée, à Richard Ferrand qui figure dans le premier cercle d'Emmanuel Macron et qui, au passage, viserait le "perchoir" en 2019...

Des bureaux-couchettes et des espaces de travail

L'idée est d'aménager des bureaux-couchettes et des espaces de travail pour les députés et leurs collaborateurs dans cet édifice fort de plus de 7.000 mètres carrés situés tout près du Palais Bourbon, et acheté 63 millions d'euros à l'État en 2016 avec une clause de retour possible...

Le président de l'Assemblée voulait farouchement conserver ce lieu. Selon lui, "l'hôtel de Broglie a été acheté à un bon prix, alors que nous avons pu observer une vente, à quelques rues de là, du siège d'un parti politique (le PS NDLR) à hauteur de 45 millions d'euros pour 3.000 m2 seulement !", a souligné de Rugy pour qui "cette opération permettra notamment à l'Assemblée de développer une stratégie immobilière pérenne, en mettant fin à la pratique coûteuse de location".

Amortissement non négligeable

"Si nous engageons les travaux à l'hôtel de Broglie, estimés entre 18, 20 ou 22 millions d'euros, nous pouvons nous délester d'un patrimoine ailleurs que nous louons, soit 2,5 millions d'euros par an, ce qui représente une économie et un amortissement non négligeable sur plusieurs années", avait fait valoir récemment Lauriane Rossi, élue des Hauts-de-Seine, sur la même ligne que François de Rugy.

L'immeuble reste en attendant occupé par le secrétariat d'État au Numérique qui doit déménager au premier trimestre 2018...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - Epilogue du feuilleton autour de l'hôtel de Broglie
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]