Et si la pérennité du low-cost long-courrier reposait sur des recettes de l'Ancien Monde ?

Et si la pérennité du low-cost long-courrier reposait sur des recettes de l'Ancien Monde ?

La Tribune, publié le lundi 22 octobre 2018 à 10h38

Si le débat sur la pérennité de ce modèle n'est pas tranché, l'appartenance à un grand groupe de compagnies classiques et le développement de systèmes de correspondances avec des réseaux court et moyen-courriers sont deux tendances fortes qui peuvent permettre aux transporteurs à bas prix sur le long-courrier de perdurer.

La faillite de Primera Air début octobre et les difficultés financières de Norwegian relancent le débat sur la pérennité des low-cost long-courriers. Notamment avec un baril de pétrole de plus en plus cher. Ces difficultés traduisent-elles l'absence de business case d'un tel modèle et donc la fin programmée de toutes ces compagnies low-cost qui ont vu le jour depuis une dizaine d'années en Asie et en Europe?  Ou faut-il se garder de toute

Lire la suite sur La Tribune

Vos réactions doivent respecter nos CGU.