Etats-Unis : l'emploi rebondit, le Covid-19 s'estompe, Trump jubile

Etats-Unis : l'emploi rebondit, le Covid-19 s'estompe, Trump jubile
Donald Trump dans les jardins de la Maison blanche.

Boursier.com, publié le vendredi 05 juin 2020 à 23h45

Contre toute attente, l'économie américaine a cessé de détruire des emplois en mai, grâce à un déconfinement rapide. Donald Trump a applaudi des deux mains ces chiffres, jugeant que l'épidémie de Covid-19 a désormais été "largement surmontée".

Surprise ! L'économie américaine a créé 2,51 millions d'emplois en mai, alors que les économistes s'attendaient au contraire à la perte de près de 8 millions de postes, sous l'effet de la crise du coronavirus...Le taux de chômage, attendu proche de 20%, a reculé pour revenir à 13,3%, contre 14,7% en avril (mais seulement 3,5% en février, avant la crise du Covid-19).

Même si l'économie américaine reste déprimée, Donald Trump a applaudi des deux mains ces chiffres, jugeant que l'épidémie de Covid-19, qui a fait plus de 108.000 morts aux Etats-Unis, a désormais été "largement surmontée" et vantant la "force" de l'économie américaine.

Critiqué, Donald Trump au coude à coude avec Joe Biden dans les derniers sondages

La Bourse de New York a également apprécié la perspective d'un rebond économique plus rapide que prévu avec des gains de 3% pour le Dow Jones et de 2% pour le Nasdaq. Ce dernier en a même profité pour battre un nouveau record, le premier depuis le 19 février, avant que la pandémie ne frappe les Etats-Unis.

Ces chiffres de l'emploi sont tombés à point pour le président américain, qui a perdu du terrain récemment dans les sondages, à 5 mois des élections du 3 novembre prochain. Les sondages donnent désormais Donald Trump au coude à coude avec son futur adversaire démocrate, Joe Biden. La gestion par le président républicain de la pandémie de Covid-19 a été critiquée, ainsi que ses prises de positions face à la vague de manifestations anti-racistes qui agitent les Etats-Unis depuis la mort de George Floyd, un afro-Américain tué par un policier le 25 mai.

Vendredi, peu après la publication des chiffres de l'emploi, le président américain s'est donc empressé de capitaliser sur cette bonne nouvelle, en se fendant de plusieurs tweets enthousiastes, puis en convoquant dans la foulée une conférence de presse dans la roseraie de la Maison Blanche.

"Nous avons pris toutes les décisions qu'il fallait"

Le président américain, qui n'a eu de cesse ces dernières semaines d'appeler l'Amérique à redémarrer et à se déconfiner malgré le lourd bilan sanitaire du coronavirus, a ainsi salué "un INCROYABLE RAPPORT SUR L'EMPLOI" sur Twitter, puis devant la presse, il a vanté la "force" de l'économie américaine ainsi que sa gestion de la crise sanitaire.

"Cette force nous a permis de surmonter cette horrible pandémie, nous l'avons largement surmontée", a-t-il dit. "Nous avons pris toutes les décisions qu'il fallait", a-t-il encore assuré, alors que sa gestion de la crise sanitaire a été souvent critiquée.

Selon le président, les Etats-Unis ont "fait un grand pas" dans leur "rebond", et les prochains mois démontreront que l'économie, en pleine santé avant l'épidémie et le confinement, repartira de plus belle.

Un parallèle osé entre la reprise de l'emploi et George Floyd...

Dans ce discours aux accents électoralistes, Donald Trump a déconcerté en faisant un lien improbable entre les bons chiffres de l'emploi et les manifestations qui ont secoué de nombreuses villes américaines depuis la mort de George Floyd. "J'espère que George nous regarde d'en haut et dit que c'est une grande chose qui se passe pour notre pays. C'est un grand jour pour lui, c'est un grand jour pour tout le monde. C'est un grand, grand jour en termes d'égalité", a ainsi assuré Donald Trump.

Pour Joe Biden, Trump ne "mérite aucun crédit"

Le président américain a appelé les gouverneurs des Etats où sont toujours en vigueur le confinement et autres restrictions pour endiguer la maladie Covid-19 à les lever. " On veut la fin du confinement pur et dur dans ces Etats ", a-t-il plaidé, assurant que la situation était bonne là où les restrictions ont pris fin.

De son côté, Joe Biden, le probable rival démocrate de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine du 3 novembre, a critiqué vendredi soir le ton triomphal du président. Pour Biden, "il reste encore beaucoup de travail". "Beaucoup d'Américains continuent de souffrir".

Lors d'une allocution à la Delaware State University de Dover, une université "historiquement noire" (HBCU) accueillant les Afro-Américains, il a déclaré que "ce président, qui ne prend aucune responsabilité quand des millions et des millions de gens perdent leur emploi, ne mérite aucun crédit quand une petite proportion d'entre eux en retrouvent".

Le Covid-19 toujours actif aux Etats-Unis, plus de 20.000 nouveaux cas par jour

Sur le plan sanitaire, l'épidémie reste pourtant bien présente aux Etats-Unis, et le rythme de progression de la maladie semble même montrer des signes de hausse depuis le week-end de Memorial Day, du 23 au 25 mai dernier. Ainsi, selon des chiffres cités vendredi par la chaîne 'CNBC', la moyenne de nouveaux cas quotidiens (calculée sur les 7 jours précédents) a atteint un pic de 31.578 le 10 avril, avant de tomber à un plus bas de 20.600 le 28 mai. Toutefois, ce chiffre est remonté cette semaine à 21.763 par jour, suggérant un relâchement des mesures barrières pendant ce week-end férié.

Le nombre de nouveaux cas ralentit dans certains foyers importants comme New York, mais il augmente dans d'autres Etats, dont la Floride, le Texas et l'Arizona, qui ont levé très tôt leurs mesures de confinement.

L'épidémie de Covid-19 a fait jusqu'ici plus de 108.600 morts aux Etats-Unis (le pays du monde le plus affecté par la pandémie) et a touché 1,88 million de personnes, selon les statistiques de l'université américaine Johns Hopkins. La maladie a tué plus de 393.000 personnes dans le monde. Elle semble s'essouffler en Europe et en Asie, mais elle est toujours en phase ascendante en Amérique du Sud, en particulier au Brésil.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.