Etats-Unis : la croissance 2019 rate les objectifs de Donald Trump

Etats-Unis : la croissance 2019 rate les objectifs de Donald Trump
Trump devant le drapeau américain

Boursier.com, publié le jeudi 30 janvier 2020 à 21h48

L'élection présidentielle américaine approche, et Donald Trump ne perd pas une occasion de vanter son bilan économique. Pourtant, la croissance a nettement ralenti en 2019 aux Etats-Unis, loin des 3% promis par le président.

Le gouvernement américain a publié jeudi les premières estimations de la croissance du PIB aux Etats-Unis au 4e trimestre 2019 et sur l'ensemble de l'année dernière. Mais à l'approche de l'élection présidentielle de novembre, la croissance ralentit outre-Atlantique, même si Donald Trump ne perd pas une occasion de vanter son bilan économique.

Au 4e trimestre, le PIB a progressé de 2,1% en rythme annuel (un chiffre conforme au consensus), et sur l'ensemble de 2019, la croissance s'affiche à 2,3%, en net ralentissement par rapport aux 2,9% de 2018, et assez loin de l'objectif d'au moins 3% que s'était fixé le président américain.

L'économie américaine continue certes de croître, à un rythme modéré, et le risque de récession semble s'éloigner, grâce à un marché de l'emploi dynamique et à la décision de la Réserve fédérale américaine de baisser ses taux à trois reprises l'an dernier afin de soutenir l'activité.

Donald Trump accuse la Fed de freiner la croissance

Depuis fin octobre 2019, la Fed a toutefois laissé entendre qu'elle ne comptait plus modifier ses taux, sauf dégradation inattendue de la conjoncture. Ce mercredi, elle a ainsi maintenu le taux des "fed funds" dans la fourchette de 1,5% à 1,75%, même si son président, Jerome Powell, a cité l'épidémie de coronavirus chinois comme un facteur de risque et "d'incertitudes" que la Fed compte "surveiller attentivement".

Jeudi soir, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié l'épidémie de 2019-nCov d'"urgence de santé publique de portée internationale".

La politique de la banque centrale américaine déclenche régulièrement la colère de Donald Trump, qui accuse la Fed et Jerome Powell de n'avoir pas agi assez fort ni assez vite en matière d'assouplissement monétaire. Le président américain a même réclamé à plusieurs reprises des taux négatifs à la Fed, estimant que d'autres banques centrales (BCE, Banque du Japon...) utilisaient cette arme pour faire une concurrence déloyale aux produits américains.

Investissements en baisse et consommation moins dynamique

La Maison blanche avait misé sur la réduction de la fiscalité sur les entreprises pour atteindre une croissance annuelle de 3%, un objectif que les économistes avaient accueilli avec scepticisme en pointant des phénomènes structurels comme la baisse de la productivité et le vieillissement de la population.

"La nouvelle décennie conduira à une croissance inférieure au potentiel, autour de 1,7%, avec des entreprises pénalisées par de nombreux vents contraires et des ménages réduisant leurs dépenses en raison d'un légère baisse de leurs revenus", prévoit ainsi Gregory Daco, responsable de l'économie américaine chez Oxford Economics, cité par 'Reuters'.

Les investissements des entreprises, qui ont baissé de 1,5% au quatrième trimestre 2019, leur quatrième trimestre consécutif de repli, ont pesé sur la croissance l'an dernier. Ils ont souffert notamment des tensions commerciales, qui ont sapé le moral des entrepreneurs américains. Autre facteur de ralentissement, la consommation des ménages, qui contribue pour plus des deux tiers à l'activité économique des Etats-Unis, a baissé à un taux de 1,8% au quatrième trimestre, contre 3,2% au trimestre précédent.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.