Etats-Unis : le Plan Biden, indispensable ou surdimensionné ?

Etats-Unis : le Plan Biden, indispensable ou surdimensionné ?©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 11 mars 2021 à 07h55

Le plan de Joe Biden pour surmonter la crise du Covid, doté de 1.900 milliards de dollars, a été définitivement approuvé mercredi soir par le Congrès américain. Les Républicains et certains économistes estiment cette enveloppe surdimensionnée.

Le plan de Joe Biden pour surmonter la crise du Covid, doté de 1.900 milliards de dollars, a été définitivement approuvé mercredi soir par le Congrès américain. Les Républicains et certains économistes estiment cette enveloppe surdimensionnée.

Moins de deux mois après l'investiture de Joe Biden à la Maison Blanche, son vaste plan pour surmonter la crise du coronavirus, a été définitivement adopté mercredi soir par le Congrès américain. Doté de 1.900 milliards de dollars (1.600 MdsE), cet "American Rescue Plan", a été approuvé par la Chambre des représentants par 220 voix contre 211, après avoir été voté samedi par le Sénat à 50 voix contre 49.

Dans les deux chambres, le président démocrate a dû se passer du soutien des élus républicains, qui ont critiqué un projet qu'ils jugent surdimensionné et ressemblant davantage à un plan de relance par la dette qu'à un plan de sauvetage ciblé face à la pandémie.

La Maison Blanche juge en revanche ce plan indispensable pour remettre les Etats-Unis en état de marche et "sortir de la crise sanitaire par le haut"... Joe Biden a estimé que son plan allait créer plus de 6 millions d'emplois et accroître le PIB des Etats-Unis de 1.000 milliards de dollars.

Un chèque de 1.400$ pour la majorité des Américains

Le texte devrait désormais être promulgué au plus tard vendredi par le président Biden, afin d'entrer en vigueur, comme prévu, avant le 14 mars, date-butoir à laquelle les indemnités de chômage prévues par les plans précédents prendront fin.

Le cumul des plans de relance adoptés par les Etats-Unis depuis le début de la crise du Covid-19 en mars 2020 atteint désormais les 5.000 milliards de dollars, soit près du quart du PIB (24%) de la première puissance économique mondiale.

Une aide direct de 1.400$

Le plan Biden prévoit notamment le versement d'une aide directe de 1.400$ pour une majorité d'Américains gagnant moins de 75.000$ par an (s'ajoutant à 600$ déjà versés par le dernier plan Trump de la fin décembre), ainsi que des allocations chômage, des avantages fiscaux liés aux enfants, sans compter 350 milliards de dollars d'aide aux Etats et aux collectivités locales. Il comprend aussi des milliards de dollars pour lutter contre la pandémie, dont 49 Mds$ pour le dépistage et la recherche et 14 Mds$ pour la distribution du vaccin.

Une fois ce plan adopté, Joe Biden a prévu de mettre en chantier un autre projet législatif majeur, concernant l'amélioration des infrastructures américaines, notamment le transport ferroviaire et les infrastructures liées aux énergies nouvelles...

La vaccination entretient l'espoir d'une reprise durable

Malgré la reprise économique en cours, l'économie américaine reste fragile en ce début 2021, avec une progression des variants du Covid et un bilan de la pandémie très lourd, à plus de 528.000 morts, faisant des Etats-Unis le pays le plus touché du monde.

La campagne de vaccination, qui bat son plein, entretient cependant les espoirs d'une accélération de la reprise au second semestre. A ce jour, plus de 92 millions d'Américains ont reçu au moins une dose de vaccin, soit près de 30% de la population, dont 30 millions (9,2% de la population) ont été entièrement vaccinés. Joe Biden a annoncé lundi que les Etats-Unis disposeront d'ici à la fin mai de suffisamment de doses pour vacciner toute la population adulte, avec pour objectif de vacciner tous ceux qui le souhaitent d'ici à l'été.

Un marché de l'emploi encore fragile

Malgré une amélioration du marché de l'emploi depuis l'été 2020, moins de 13 millions d'emplois ont été recréés aux Etats-Unis sur les plus de 21 millions détruits en mars-avril 2020 par les restrictions liées à la pandémie. Le taux de chômage est revenu de 14,7% en avril 2020 à 6,2% en février 2021, mais le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a estimé qu'il se situait réellement autour de 10%, compte-tenu des personnes qui se sont découragées de trouver un emploi, et sont exclues des statistiques.

Selon les économistes, l'afflux de liquidités du plan Biden va doper la consommation et la croissance des Etats-Unis. Dans ses dernières prévisions publiées mardi, l'OCDE a dit s'attendre à une hausse de 6,5% du PIB des Etats-Unis cette année, contre une précédente prévision de 3,2% en décembre. En 2022, l'économie US devrait croître de 4% contre 3,5% attendu précédemment.

Les craintes d'inflation agitent les marchés

Certains économistes craignent même une surchauffe de l'économie, entraînant un dérapage haussier de l'inflation... Des craintes qui ont fait trembler la Bourse et ont fait bondir les taux d'intérêts des emprunts d'Etat : le rendement du T-Bond américain à 10 ans est ainsi passé de 0,9% fin 2020 à 1,6% lundi, avant de revenir mercredi à 1,51%.

En début de semaine, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen (l'ex-présidente de la Fed), a estimé que le plan Biden allait "alimenter une très forte reprise" aux Etats-Unis, mais elle a ajouté qu'elle ne s'attendait pas à ce que la hausse de la consommation entraîne une surchauffe de l'économie, ni une inflation durable. "Et si cela débouche sur de l'inflation, il existe des outils pour régler ça", a-t-elle ajouté sur la chaîne 'MSNBC'.

De son côté, la Réserve fédérale dit surveiller la situation, sans pour autant se montrer inquiète à ce stade... Le président de la Fed, Jerome Powell, a répété plusieurs fois ces dernières semaines qu'il s'attendait à une hausse de l'inflation cette année, compte-tenu de "l'effet reprise", mais il considère qu'il s'agira d'un phénomène passager. La banque centrale est prête à tolérer temporairement une hausse des prixsupérieure à son objectif de 2% sur un an sans pour autant songer à relever ses taux directeurs avant une longue période. La Fed réunira son comité de politique monétaire les 16 et 17 mars prochains.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.