Etudiants : une famille sur deux ne peut pas financer de logement pour son enfant

Etudiants : une famille sur deux ne peut pas financer de logement pour son enfant©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 20 novembre 2019 à 17h34

Les jeunes qui viennent des régions rurales sont encore plus concernés, selon une étude de la fondation Jean-Jaurès et de l'association Chemins d'Avenirs.

Aider son enfant à se loger pour se rapprocher de son université... De nombreuses familles en France ne peuvent se le permettre. Selon un sondage Ifop réalisé pour la fondation Jean-Jaurès et de l'association Chemins d'Avenirs et dévoilé par 'franceinfo', seul un foyer sur deux a la possibilité de financer un logement pour son enfant étudiant, en dehors de sa région ou de son académie.

"Cette influence est naturellement lourde de conséquences pour les jeunes des territoires isolés des grandes métropoles", précise la Fondation Jean-Jaurès.

Les citadins restent les plus favorisés, dans la mesure où les universités se situent en ville. Ainsi, 52% des foyers ont la possibilité de financer un logement en dehors de la région ou de l'académie du jeune. Le chiffre descend alors de 8 points pour les foyers ruraux.

Un tiers des jeunes renonce à une formation à cause de la distance

La distance aurait d'ailleurs un impact sur l'avenir et le choix des jeunes concernant leurs études. L'enquête indique en effet que près d'un tiers des jeunes (31%) a dû renoncer à une formation en raison de la distance de son domicile.

D'une manière générale, un étudiant sur deux prend en compte le lieu de résidence du foyer dans ses choix d'orientation scolaire et universitaire.

Manque d'information

"En matière de choix d'orientation comme en matière de résultats scolaires, les jeunes Français apparaissent largement tributaires de leurs origines sociales, mais aussi géographiques", affirme la fondation.

L'étude met également en lumière un manque d'information concernant l'orientation. En effet, 66% des personnes sondées estiment qu'elles n'ont pas été suffisamment informées. Près de la moitié des jeunes affirment d'ailleurs éprouver des regrets concernant son orientation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.