Face à la pandémie, le Canada investit dans le haut débit

Face à la pandémie, le Canada investit dans le haut débit
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau lors d'une conférence de presse à Ottawa, au Canada, le 30 octobre 2020

AFP, publié le lundi 09 novembre 2020 à 19h13

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé lundi une augmentation importante des investissements du gouvernement pour accroître l'accès à internet haut débit dans tout le Canada afin de faciliter le télétravail en temps de pandémie.

"Aujourd'hui plus que jamais, les Canadiens ont besoin d'un accès à internet haute vitesse qui est fiable pour travailler, apprendre et communiquer avec leur famille et leurs amis depuis leur chez-soi", a dit le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse.

Le gouvernement va notamment investir 1,75 milliard de dollars canadiens (1,1 milliard d'euros) dans un "fonds pour la large bande universelle" afin d'assurer que 98% des 38 millions de Canadiens aient accès à des services internet haut débit d'ici 2026, a-t-il précisé.

C'est une augmentation de 750 millions de dollars par rapport à la somme initialement prévue en 2019.

Six cents millions de dollars serviront notamment à acquérir une capacité internet additionnelle offerte par les satellites en orbite basse de la société canadienne Télésat afin d'améliorer la connectivité dans les régions rurales et éloignées du Canada, y compris dans le Grand Nord.

Ces satellites sont 36 fois plus près de la Terre que les satellites de télécommunication traditionnels, accélérant le temps de transmission de l'information, selon le gouvernement.

Le gouvernement se donne jusqu'en 2030 pour connecter l'ensemble des Canadiens à l'internet haut débit.

En octobre, 2,4 millions de Canadiens qui ne travaillent normalement pas à partir de leur domicile l'ont fait, selon les statistiques officielles.

"La pandémie a rendu plus important que jamais l'engagement du gouvernement à connecter tous les Canadiens à internet haute vitesse", a souligné la ministre de l'Infrastructure, Catherine McKenna.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.