Facebook visé par une plaine de RSF pour "pratiques commerciales trompeuses"

Facebook visé par une plaine de RSF pour "pratiques commerciales trompeuses"
Facebook logo

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 23 mars 2021 à 12h08

Selon Reporters sans frontières, le réseau social "laisse se propager la désinformation et la haine (en général et contre les journalistes), en contradiction avec ses conditions générales d'utilisation...".

Selon Reporters sans frontières, le réseau social "laisse se propager la désinformation et la haine (en général et contre les journalistes), en contradiction avec ses conditions générales d'utilisation...".

Facebook a-t-il manqué à ses engagements concernant les "fakes news" et la haine en ligne ? Face à la prolifération de messages de haine et de fausses informations sur le réseau social, Reporters sans frontières (RSF) a annoncé ce mardi avoir déposé une plainte en France contre Facebook pour "pratiques commerciales trompeuses".

La plainte a été déposée lundi auprès du procureur de la République de Paris. Selon l'ONG, le géant américain "laisse se propager la désinformation et la haine (en général et contre les journalistes), en contradiction avec ses conditions générales d'utilisation et ses campagnes publicitaires". RSF envisage par ailleurs de déposer des plaintes similaires dans d'autres pays.

"Pour dénoncer un phénomène généralisé à l'échelle planétaire, RSF a fait le choix de déposer plainte en France, où le droit de la consommation est particulièrement adapté", a précisé l'association.

Facilité d'accès à une série de contenus de désinformation

Pour étayer ces accusations de haine en ligne, RSF fournit notamment un constat d'huissier portant sur la page Facebook de Charlie Hebdo, où l'organisation a relevé plusieurs dizaines de commentaires insultants, menaçants ou appelant à la violence contre le journal et ses journalistes.

Concernant la désinformation, l'ONG fournit notamment un constat d'huissier montrant la facilité d'accès à une série de contenus de désinformation sur le Covid-19, alors que "la société explique collaborer avec les gouvernements et organisations internationales 'pour partager des informations fiables" sur le coronavirus.

Une amende pouvant représenter jusqu'à 10% du chiffre d'affaires annuel moyen

"La réalité est toute autre. Un projet de lutte contre la désinformation en ligne fondé en 2015, First Draft, a récemment établi que Facebook constitue le principal foyer des théories conspirationnistes autour des vaccins pour les communautés francophones", révèle RSF.

Selon le code français de la consommation, Facebook risque une amende pouvant représenter jusqu'à 10% de son chiffre d'affaires annuel moyen. Contactée, l'entreprise américaine n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.