'Fake news' : le projet de loi que prépare Macron très critiqué

'Fake news' : le projet de loi que prépare Macron très critiqué©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 05 janvier 2018 à 14h46

Emmanuel Macron part à la chasse aux "fake news", et a annoncé cette semaine son intention de bâtir un projet loi pour lutter contre la propagation de ces fausses informations sur internet, surtout durant les campagnes électorales.

Une idée qui est loin de faire l'unanimité... Le chef du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau, ne cache pas sa désapprobation, dans un communiqué. "Avec l'annonce d'une loi contre les fake news, Emmanuel Macron commet un faux pas qui peut nous entraîner très loin, beaucoup trop loin", estime-t-il. "En démocratie, mieux vaut une information erronée qu'une information étatisée", a-t-il ajouté en jugeant la législation actuelle suffisante. "Seuls les régimes autoritaires prétendent au contrôle de la vérité. On sait ce qu'il peut en coûter."

Pour la présidente du Front national, Marine Le Pen, ce projet de loi est "très inquiétant". "Contrôle de la parole libre sur internet, judiciarisation supplémentaire de la société : la France est-elle toujours une démocratie si elle muselle ses citoyens ?", a-t-elle demandé sur Twitter.

Qui va décider si une information est fausse ? Des juges du Syndicat de la Magistrature ? Le gouvernement ? MLP #VoeuxÀLaPresse https://t.co/ABxEL6QnW8 >- Marine Le Pen (@MLP_officiel)

A l'autre extrémité de l'échiquier politique, le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, s'est insurgé sur son blog contre "le risque d'une législation liberticide". "La punition de la diffusion des fausses nouvelles est déjà prévue par la loi. Que faudrait-il ajouter à ce sujet ? Et qui décidera de la vérité ?", a-t-il ajouté.

Les grandes plates-formes comme Facebook ou Google ont prudemment refusé de commenter les annonces d'Emmanuel Macron mais ont insisté sur leurs efforts d'auto-régulation ou de coopération avec les médias pour lutter contre les "fake news".

"Toute régulation doit être réfléchie en coopération avec le secteur", a déclaré à Reuters Christelle Coslin, avocate spécialisée dans la législation d'internet. "Donner le pouvoir aux juges si ce n'est pas techniquement faisable, ce n'est pas forcément garant d'une régulation efficace."

Elle souligne qu'une loi de 1881 sur la propagation de fausses nouvelles existe mais qu'elle n'est pas utilisée à ce stade pour réprimer les abus sur les réseaux sociaux. "A mon avis, il est plus utile et efficace de réfléchir en coopération avec les acteurs internet, ce n'est pas sûr que la loi soit le meilleur outil", a-t-elle ajouté.

Voeux à la presse

Le chef de l'Etat a fait part de ses intentions mercredi, lors de ses voeux à la presse, estimant qu'il fallait "savoir être forts et avoir des règles claires" pour "protéger les démocraties libérales", surtout pendant les campagnes électorales et sur internet.

"En cas de propagation d'une fausse nouvelle, il sera possible de saisir le juge à travers une nouvelle action en référé permettant le cas échéant de supprimer le contenu mis en cause, de déréférencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné, voire de bloquer l'accès au site internet", a-t-il dit.

En outre, les plates-formes se verraient imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés, afin de rendre publique l'identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent, mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus.

Il n'a donné aucun exemple mais, en mai dernier, il avait pris pour cible Russia Today et Sputnik, deux médias financés par la Russie, qu'il avait alors accusés d'agir en "organes d'influence" répandant des "contre-vérités infamantes".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
12 commentaires - 'Fake news' : le projet de loi que prépare Macron très critiqué
  • avatar
    scrutin -

    La démocratie en grand danger une police de l'information ??????

  • avatar
    yenaplusaracler -

    les facke news c(est de la macronite pure et dure
    parcequ'il y a les vrais fausses nouvelles et les fausses vrais nouvelles surtout pendant les campagnes electorale voir la derniere pour en avoir une idée claire-obscure
    tres sombre tout ça surtout pour la democratie

  • avatar
    yenaplusaracler -

    les facke news c(est de la macronite pure et dure
    parcequ'il y a les vrais fausses nouvelles et les fausses vrais nouvelles surtout pendant les campagnes electorale voir la derniere pour en avoir une idée claire-obscure
    tres sombre tout ça surtout pour la democratie

  • avatar
    yenaplusaracler -

    les facke news c(est de la macronite pure et dure
    parcequ'il y a les vrais fausses nouvelles et les fausses vrais nouvelles surtout pendant les campagnes electorale voir la derniere pour en avoir une idée claire-obscure
    tres sombre tout ça surtout pour la democratie

  • avatar
    yenaplusaracler -

    les facke news c(est de la macronite pure et dure
    parcequ'il y a les vrais fausses nouvelles et les fausses vrais nouvelles surtout pendant les campagnes electorale voir la derniere pour en avoir une idée claire-obscure
    tres sombre tout ça surtout pour la democratie