Fake news : les Français pointent du doigt les réseaux sociaux

Fake news : les Français pointent du doigt les réseaux sociaux
Facebook toile réseau

Boursier.com, publié le mercredi 04 avril 2018 à 16h50

Comment les Français s'informent-ils ? Ils privilégient internet et la télé, à 62%, devant la radio (49%) et la presse (32%). "Internet est même la principale source d'information sur l'actualité chez les moins de 35 ans (83%) et les cadres (72%)", selon un sondage BVA pour la Villa Numeris.

Selon cette étude, qui s'intéresse plus particulièrement aux "fake news", ces fausses informations diffusées sur internet et plus particulièrement sur les réseaux sociaux, six Français sur dix postent sur Facebook, Twitter et autres Snapchat et un tiers d'entre eux le font sans se préoccuper de la fiabilité des informations qu'ils diffusent.

Les réseaux sociaux pointés du doigt

Trois quarts des sondés estiment avoir déjà été confrontés à une information fausse destinée à les influencer, 18% déclarent même avoir été induits en erreur par celle-ci. Les réseaux sociaux sont les premiers à être montrés du doigt (82% de citations), les internautes faisant d'ailleurs très peu confiance aux contenus qu'ils y trouvent (8% seulement font confiance aux informations qui y sont diffusées).

En revanche les portails de médias traditionnels sont peu considérés comme propageant des "fake news" (19% de citations seulement) et 76% jugent que ce sont des sources d'informations de confiance.

Alors, comment mieux contrôler les rumeurs et autres bruits de couloirs ? Plus de la moitié des sondés estiment que c'est d'abord aux plateformes de développer de bonnes pratiques et qu'elles doivent y être contraintes (53% de citations). Ils semblent pas faire confiance à l'autorégulation des acteurs concernés (solution sélectionnée par 12% seulement des répondants). "Pour mieux contrôler les informations diffusées sur Internet, 76% des Français se sont déclarés favorables à la création d'une autorité publique indépendante", concluent les auteurs de cette étude.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.