Fin de la crise budgétaire à Washington, Trump crie victoire

Chargement en cours
 Des membres de la chambre des Représentants américains quittent le Congrès après le vote sur le budget, le 22 janvier 2018 à Washington

Des membres de la chambre des Représentants américains quittent le Congrès après le vote sur le budget, le 22 janvier 2018 à Washington

1/3
© AFP, Brendan Smialowski

AFP, publié le mardi 23 janvier 2018 à 09h42

Le président américain Donald Trump a salué comme une grande victoire de son camp le compromis budgétaire temporaire conclu lundi au Congrès mettant fin à la fermeture partielle du gouvernement fédéral, qui menaçait de faire tourner le pays au ralenti.

A l'issue d'intenses tractations, les leaders démocrates du Sénat ont accepté un texte assurant le financement de l'Etat jusqu'au 8 février, avec l'objectif affiché de trouver un accord sur le sort de centaines de milliers de clandestins arrivés jeunes aux Etats-Unis, connus sous le noms de "Dreamers" (Rêveurs).

"Je suis content que les démocrates aient décidé de se montrer raisonnables", s'est félicité Donald Trump dans un bref communiqué lu par sa porte-parole Sarah Sanders.

Conséquence directe de cette sortie de crise: l'occupant de la Maison Blanche participera bien en fin de semaine au Forum économique de Davos, en Suisse. Un an presque jour pour jour après son arrivé au pouvoir, il aura l'occasion d'y livrer vendredi sa vision de "L'Amérique d'abord" devant un parterre de chefs d'Etat, dirigeants d'entreprises et stars d'horizons divers.

La pilule a un goût amer pour l'aile gauche du parti démocrate qui voulait poursuivre le bras de fer: le vote sur ce budget temporaire est finalement passé sans contreparties fermes sur l'immigration de la part des républicains.

Ce compromis, adopté par le Congrès, a été promulgué lundi soir par Donald Trump, a annoncé la Maison Blanche dans un communiqué. 

Le premier "shutdown" de l'ère Donald Trump aura donc duré trois jours. Le dernier, qui remonte à 2013, sous l'administration du président démocrate Barack Obama, avait duré seize jours.

"Les démocrates ont réalisé que leur position était indéfendable", a lancé tout sourire Sarah Sanders lors de son point de presse quotidien en milieu de journée.

- Trump 'spectateur' -

Le chef de file des démocrates au Sénat Chuck Schumer a justifié sa décision d'aller au compromis par la nécessité d'avancer de manière constructive sur l'immigration. Et a longuement ironisé sur la confusion régnant, selon lui, à la Maison Blanche où le président américain est resté très discret tout le week-end.

"Les républicains n'ont jamais pu avoir une idée claire de ce que leur président voulait", a-t-il lancé. "Le président qui se vante d'être un grand négociateur a joué un rôle de spectateur", a-t-il ajouté.

Mais la partie s'annonce compliquée pour les démocrates qui souhaitent aboutir rapidement à la régularisation des "Dreamers", dont le statut temporaire accordé sous Barack Obama a été supprimé en septembre.

Certes, l'accord budgétaire obtenu lundi n'est que temporaire et la nouvelle échéance du 8 février leur donnera de nouveau l'occasion de faire valoir leur point de vue.

"Les démocrates ont potentiellement la possibilité de provoquer un nouveau +shutdown+ si aucune avancée n'est enregistrée sur l'immigration dans les semaines à venir", a souligné Molly Reynolds, chercheuse à la Brookings Institution.

Mais ils ressortent malgré tout affaiblis de ces trois journées de tractations budgétaires acrimonieuses.

Dès l'entrée en vigueur du "shutdown", la Maison Blanche avait affirmé qu'il ne serait pas question de négocier sur l'immigration tant qu'un budget temporaire n'aurait pas été voté. Elle a, de fait, eu gain de cause sur ce point.

Au milieu de la confusion des derniers jours, la Statue de la Liberté a réussi à faire entendre une voix distincte. Fermée aux touristes samedi matin, elle a rouvert lundi.

L'Etat de New York avait en effet décidé de payer de sa poche les employés fédéraux nécessaires à la réouverture de ce monument emblématique d'une Amérique ouverte aux migrants.

La statue est importante pour l'économie mais "elle est plus que ça", avait souligné dimanche Andrew Cuomo, gouverneur démocrate de New York. "C'est un symbole de New York et de nos valeurs (...). Son message n'a jamais été aussi important qu'aujourd'hui."

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
6 commentaires - Fin de la crise budgétaire à Washington, Trump crie victoire
  • avatar
    pigeonxxl38 -

    une grande victoire pour la Trompinette et les plus "'fauchés" ils vont mieux pouvoir encore en empiler ... quand au Tueur ex Mafiosi Mafiosette c'est un suppôt invétéré des pleins de ronds : un charlatan un bouffon allumeur un maquignon de valeur , un branleur un vieille feignasse fidèle au poste dès le matin 6 heures , un trollichon doublé d'un bandochon toute l'année ce poison est en érection tant ses placements et les dividendes de ses actions lui rapportent de pognon , remarquez manifestement ce type n'est pas bien 'fini" il lui a manqué un bon moment de cuisson , mais cette grande gueule de bourrée de pognon ne serait-elle pas au contraire bourrée de dettes ?

  • avatar
    lef75 -

    C'est pas grâce à lui mais à l'intelligence des démocrates ...

    avatar
    Yorg -

    Si vous parlez d'OBAMA, merci... c'est déjà fait !

    Yorg.

  • avatar
    lvclm -

    Vivement que l'on nous débarrasse trés vite de ce sac à merde.

  • avatar
    renato54 -

    3 jours pour le shutdown de Trump rien dans les medias !! obama lui avait mis 15 jours !! l

    avatar
    lougris -

    Vous venez de me devancer, donc rien a ajouter. Sinon que nos médias toujours prompts à taper sur TRUMP feraient bien de revoir leurs connaissance des Etats Unis avant de balancer des infos en bois brut.

    avatar
    zebulon17 -

    oui,mais là c'était bien les républicains qui bloquaient tout.Si les démocrates n'avaient pas accepté de compromis,le shutdown durerait encore ne vous en déplaise.

    avatar
    lef75 -

    C'est sûr qu'avec des saboteurs racistes bêtes et méchants, ça pouvait pas aller plus vite ...

    Belle démonstration des Démocrates face à la connerie humaine !!!

    avatar
    Alphaomega -

    Comme quoi les démocrates sont moins obtus que les républicains qui vont ostensiblement prier dans les églises, mais veulent retirer les soins aux pauvres.

  • avatar
    phdsad -

    Il serait surtout grand temps que l'administation Trump de débarasse de cette bande cancrelas foireux de l'ex administation précédente qui rivés à leur spostes ne pensent qu'à nuire te mettre les bâtons dans les rouages des organismes de gouvernances américaines (faut être complètement tarés pour mette en jeu (donc le contraire de ce qui claironnent) le bloquage des rémunérations de leurs fonctionnaires pour qur que TRUmp et son adminstation reviennet sur ses mesures de non régularisations de milliers de clandestins et accueils tout azimuts (à mon avis l'effet seras contatriare et feras monter l'antagonisme des américains (fonctionnaires non payés donc à l' arrêt et les services d'état qui n'ouvrent pas ou plus (chômage tehnique) et les américains contarints à attendre pour des démarches administratives ('pour certains vitaux) à cause des étrangers que le camp démocrate veut continuer à les privilégiés ??drpôle de méthodes ca p^rouve bien que se sont eux les soi-disants démocrates les instigateurs (et leurs médias aussi foireux qu'eu

    avatar
    Tueur -

    brouillon tout cela ........

    avatar
    Tueur -

    une véritable potée auvergnate ......

    avatar
    lef75 -

    Pitié vous connaissez pas la virgule ??? j'ai failli m'étouffer !!!

    Juste pour vous dire que la vérole des USA, ce sont bien ces abrutis de Ripoublicains et non l'inverse ...

    Faut arrêter le déni et la mauvaise foi ... ils sont racistes et stupides !

    La merde, c'est eux !

    avatar
    Alphaomega -

    Quel brouillon. Ce ne sont pas des fonctionnaires mais des élus.

    Donc si on vous comprends, on doit enfermer les opposants dans des camps ?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]