Financement du terrorisme : Bruno Le Maire accuse les crypto-monnaies

Financement du terrorisme : Bruno Le Maire accuse les crypto-monnaies
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie

Boursier.com, publié le lundi 19 octobre 2020 à 14h46

Réagissant au meurtre d'un enseignant survenu il y a quelques jours, le ministre de l'Economie a estimé qu'il était nécessaire de renforcer le contrôle des flux financiers relatifs aux crypto-monnaies...

Les crypto-monnaies sont de nouveau dans le viseur de Bruno Le Maire... Réagissant au drame de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), le ministre de l'Economie a annoncé que des propositions au ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, à Matignon et à l'Elysée seront faites, "pour renforcer le contrôle des flux financiers" au moyen des crypto-monnaies, estimant que ces monnaies numériques développées grâce à la technologie blockchain "posent un vrai problème de financement du terrorisme".

"Il y a aujourd'hui un problème de financement d'un certain nombre d'associations islamistes ou de réseaux islamistes sur lesquels je pense nous pouvons et nous devons mieux faire", a affirmé le locataire de Bercy sur le plateau de Dimanche en Politique sur 'France 3'.

"Je vais vous donner un exemple très concret : vous pouvez aller demander 150 euros dans un bar-tabac, puis 150 euros dans un autre tabac, au bout du compte récolter une somme importante, 1.500 euros, qu'une association islamiste ou un combattant situé à l'étranger pourra retirer en liquide à l'étranger sans aucune trace", a poursuivi le ministre, rappelant que les crypto-monnaies, sont des "monnaies qui n'ont pas d'existence physique".

Colère des défenseurs de cryptomonnaies

Sans le préciser, le ministre fait en fait référence à un montage financier, qui a récemment été démantelé et qui a conduit à l'arrestation de 29 individus par le parquet national antiterroriste (PNAT). Ce réseau avait alors recours à des crypto-monnaies, notamment le bitcoin, pour des transferts d'argent.

"Nous devons renforcer nos dispositifs de surveillance face au financement du terrorisme. Par exemple, les crypto-monnaies doivent être plus encadrées", a par la suite insisté Bruno Le Maire sur son compte Twitter, suscitant la colère des défenseurs de crypto-monnaies, qui dénoncent les "raccourcis" du ministre de l'Economie et rappellent qu'il n'est pas aussi simple de se procurer des crypto-monnaies en bureau de tabac.

Bruno Le Maire s'oppose à Libra

Début septembre, l'Allemagne, la France, l'Italie, l'Espagne et les Pays-Bas avaient également demandé à la Commission européenne de proposer un règlement européen sur les crypto-monnaies, en visant notamment celle de Facebook, Libra. "Nous n'accepterons pas le déploiement de Libra sur le sol européen dans les conditions actuelles", avait affirmé le ministre.

Ce n'est pas la première fois que Bruno Le Maire vise les crypto-monnaies. En janvier 2018 déjà, le ministre avait annoncé la création d'une mission sur les monnaies numériques, confiée à Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France. L'objectif était de "proposer des orientations sur l'évolution de la réglementation" à Bercy, afin de "mieux en maîtriser le développement et empêcher leur utilisation à des fins d'évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d'activités criminelles ou de terrorisme".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.