Florence Peybernes va prendre la tête du Haut Conseil au Commissariat aux Comptes (H3C)

Florence Peybernes va prendre la tête du Haut Conseil au Commissariat aux Comptes (H3C)
La magistrate Florence Peybernes, le 10 juin 2013 à Druelle (Aveyron)

AFP, publié le mercredi 17 mars 2021 à 18h13

La magistrate Florence Peybernes, candidate d'Emmanuel Macron à la présidence du Haut Conseil au Commissariat aux comptes (H3C), va prendre la tête de cette instance de régulation après avoir vu sa nomination approuvée mercredi par des commissions des deux chambres du parlement.

La magistrate Florence Peybernes, candidate d'Emmanuel Macron à la présidence du Haut Conseil au Commissariat aux comptes (H3C), va prendre la tête de cette instance de régulation après avoir vu sa nomination approuvée mercredi par des commissions des deux chambres du parlement.

Première présidente de la Cour d'appel d'Orléans et conseillère à la Cour de cassation, Mme Peybernes a défendu devant les parlementaires la norme d'exercice professionnel (NEP) à la française, plus "courte et précise" que la norme ISA anglo-saxonne, selon elle.

Elle a aussi vanté les mérites du co-commissariat qui associe souvent un cabinet de grande taille à un cabinet plus petit et rend ainsi "plus difficile que les comptes ne reflètent pas la réalité", estimant qu'un scandale de comptabilité comme celui de Wirecard en Allemagne n'aurait pas pu se produire en France.

Et ce malgré l'affaire des comptes truqués de "Mamie Cassoulet", dans laquelle le cabinet Mazars s'est vu infliger l'interdiction d'exercer pendant un an la fonction de commissaire aux comptes et 400.000 euros d'amende pour des manquements dans l'audit de la Financière Turenne Lafayette, maison-mère de William Saurin.

En France, le marché de la certification des comptes est beaucoup moins concentré qu'au Royaume-Uni, aux Pays-Bas ou en Allemagne, a encore indiqué la magistrate.

Le H3C, dont le personnel est composé d'une soixantaine de personnes, se finance via un pourcentage sur le chiffre d'affaires réalisé par les commissaires aux comptes sur leurs missions d'audit des entreprises.

Il a enregistré un déficit de 1,5 million d'euros en 2019, qui devrait atteindre 1,7 million en 2020.

Chargé depuis la réforme européenne de l'audit du maintien de la liste des quelque 18.000 commissaires aux comptes en France, le H3C ne délèguera plus cette mission à la Compagnie nationale des commissaires aux comptes, qui représente la profession, ce qui devrait lui permettre d'économiser 700.000 euros cette année, selon Mme Peybernes. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.