FO condamné pour non respect du droit du travail

FO condamné pour non respect du droit du travail
Force ouvrière

Boursier.com, publié le lundi 19 novembre 2018 à 11h45

Les nuages s'amoncellent dans le ciel de Force ouvrière, à deux jours d'une élection clef pour choisir le successeur du secrétaire général Pascal Pavageau. Après des révélations gênantes la semaine dernière sur le train de vie des dirigeants du syndicat, 'Le Parisien' indique que FO a été condamné le 16 novembre par le tribunal des prud'hommes de Longjumeau (Essonne) pour non-respect du droit du travail.

Le dossier concerne un détournement du statut d'autoentrepreneur requalifié en contrat de travail et un départ forcé en licenciement sans cause réelle et sérieuse. "La Confédération a été condamnée à verser à l'un de ses anciens employés plus de 100.000 euros de rappels de salaires, dommages et intérêts inclus", écrit le quotidien. La plainte avait été déposée début 2017 par Bernard Baillard, 65 ans, un ancien policier devenu formateur au sein du CFMS, le centre de formation de la centrale.

Pour faire des économies, FO lui avait demandé de prendre le statut d'auto-entrepreneur, alors que le syndicat a toujours critiqué le procédé, considéré comme précaire pour les travailleurs. Début 2017, Bernard Baillard est finalement renvoyé du centre de formation à la suite d'un accident du travail.

Election mercredi

Trois cadres de Force ouvrière ont déposé leur candidature pour succéder à Pascal Pavageau, secrétaire général démissionnaire, avec pour ambition de ressouder le troisième syndicat de France, à l'approche d'élections cruciales dans la Fonction publique, a-t-on appris lundi de source proche du dossier. Il s'agit de Christian Grolier, secrétaire général de FO-fonctionnaires depuis 2012, d'Yves Veyrier, membre depuis 2004 du Bureau confédéral, la direction rapprochée de FO, et de Patrice Clos, secrétaire général de la Fédération nationale des transports et de la logistique.

Le Comité confédéral national (CCN), sorte de parlement de FO, est appelé à voter les 21 et 22 novembre. Pascal Pavageau a démissionné le 19 octobre, une semaine après la révélation par Le Canard enchaîné de l'existence d'un fichier interne contenant des commentaires injurieux sur des cadres de l'organisation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.