Fonction publique : la mobilisation moins forte

Fonction publique : la mobilisation moins forte
service public fonctionnaire manifestation

Boursier.com, publié le mardi 22 mai 2018 à 16h38

Les fonctionnaires ont été moins nombreux à se mobiliser qu'en mars ce mardi, pour la troisième journée d'action de fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron. Il s'agissait d'un appel unitaire des syndicats représentatifs qui protestent notamment contre le gel du point d'indice et la suppression annoncée de 120.000 postes d'ici à 2022.

Quelque 130 défilés étaient prévus à l'initiative des syndicats, unis comme lors de la première journée d'action du 10 octobre. Pour la première fois depuis 2010, les dirigeants syndicaux ont ainsi défilé ensemble. La mobilisation touche l'éducation, les transports, l'énergie, la santé, l'audiovisuel ou encore la fonction publique territoriale. La fonction publique compte quelque 5,7 millions d'agents.

Mobilisation moins forte

A la mi-journée, le taux de participation au mouvement de grève s'élevait à 9,77% dans la fonction publique d'Etat (contre 10,41% lors de la dernière journée de mobilisation des fonctionnaires, le 22 mars) et à 6,3% dans la fonction publique territoriale (contre 4,95% en mars), selon une source à Bercy. Le taux de participation de la fonction publique hospitalière n'était pas encore connu.

Le mouvement de grève était également suivi par 12,57% des enseignants, premier et second degré confondus, selon le ministère de l'Education nationale, en baisse par rapport au 22 mars, où il était de 14,54%.

Attaques sans précédent

Les organisations syndicales dénoncent des "attaques sans précédent du gouvernement contre les agents publics", avec la suppression prévue de 120.000 postes, un recours accru aux contractuels, la fusion de certaines instances de représentation du personnel, la mise en place d'une rémunération au mérite ou encore l'introduction d'un plan de départs volontaires.

Le gouvernement a engagé fin mars des concertations avec les syndicats des trois versants de la fonction publique (territoriale, hospitalière et d'Etat). Un projet de loi est prévu pour le premier semestre 2019.

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, a assuré lundi dans 'Libération' que le statut des fonctionnaires ne serait pas remis en cause.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU