Fonctionnaires : la CGT dépose un nouveau préavis de grève

Fonctionnaires : la CGT dépose un nouveau préavis de grève©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 23 avril 2020 à 16h25

Après mars et avril, la fédération CGT des services publics, qui s'inquiète des conditions dans lesquelles s'organise le déconfinement, a déposé un troisième préavis de grève pour le mois de mai.

Après un premier préavis déposé pour le mois de mars contre la réforme des retraites et un second, pour avril, contre la loi d'urgence sanitaire, la fédération CGT des services publics, implantée dans la fonction publique territoriale et dans des services locaux du secteur privé (eau, logement social...), a déposé 31 préavis consécutifs de 24 heures du 1er au 31 mai.

Au regard "des graves carences en matière de mesures sécurisantes pour les agents et salariés de notre champ fédéral", "de l'absence de réponse aux légitimes revendications de ces mêmes salariés et agents publics" et "des reculs sociaux imposés pendant la période de confinement", la fédération CGT des services publics prend "une fois de plus ses responsabilités en déposant à nouveau un préavis de grève", peut-on lire dans un communiqué publié ce jeudi.

Pour la fédération, la date du 11 mai pour le déconfinement a été choisie "pour contraindre les salariés à retourner sur leur poste de travail alors que les masques manquent toujours, que les mesures barrières seraient difficilement applicables et qu'aucune mesure de dépistage cohérente n'a été prise".

Contre les RTT et congés imposés

Parmi ses autres revendications, la fédération CGT des services publics, qui rassemble 85.000 adhérents parmis les employés de l'eau, des déchets, les sapeurs-pompiers, les pompes funèbres..., dit également s'opposer à une ordonnance, parue le 16 avril au Journal officiel, obligeant les fonctionnaires d'Etat et agents territoriaux à poser des jours de RTT et de congés annuels pendant la crise du Covid-19.

Elle réclame de nouveau "l'arrêt de tous les services non essentiels à la continuité de la nation" et "la mise à disposition immédiate de moyens de protection des agents en première ligne dans les collectivités, assurant les services essentiels et indispensables envers la population".

Un préavis jugé "inopportun"

Le secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique Olivier Dussopt n'avait pas caché son étonnement suite à l'annonce du dépôt de préavis couvrant le mois d'avril. Il l'avait jugé "inopportun", alors que la France n'avait pas atteint le pic de la pandémie de coronavirus. En réaction, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez avait dénoncé "une nouvelle provocation" du gouvernement.

"Le préavis du mois d'avril que vous avez jugé inopportun a permis au contraire à de nombreux agents publics de faire valoir leurs droits malgré vos tentatives d'intimidation", a rétorqué la fédération, précisant que de nombreux "collègues risquent chaque jour leur vie et celles de leurs proches parce que votre gouvernement est incapable de leur fournir les moyens de protection nécessaires et entrave leur droit de retrait".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.