Fonctionnaires: le rendez-vous salarial avancé à la "mi-juin"

Fonctionnaires: le rendez-vous salarial avancé à la "mi-juin"
Olivier Dussopt quitte l'Elysée, après le conseil des ministres du 27 novembre 2017

AFP, publié le vendredi 09 mars 2018 à 13h42

Le rendez-vous annuel sur les salaires des fonctionnaires aura lieu à la "mi-juin" et non en octobre comme initialement prévu, a annoncé vendredi le secrétaire d'État à la fonction publique Olivier Dussopt, répondant ainsi à une demande des syndicats.

"Le rendez-vous salarial de la fonction publique se tiendra entre le 10 et le 20 juin. Avant la période de préparation budgétaire", a twitté la direction générale de l'administration et de la fonction publique (DGAFP), relayant les propos de M. Dussopt, qui s'exprimait lors d'un Conseil commun de la fonction publique. 

En décembre, dans un courrier adressé au ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, et à Olivier Dussopt, les syndicats CGT, CFDT, Unsa, FSU, Solidaires, CFTC, CFE-CGC et FA-FP exigeaient que "le prochain rendez-vous salarial (...) soit avancé au début du printemps 2018", afin de rapidement "rediscuter d'une augmentation réelle et significative des salaires" des fonctionnaires, qui "ne saurait attendre octobre 2018".

Cette demande a "partiellement abouti", s'est félicité la FSU dans un communiqué, "cette date pouvant permettre des discussions avant que les arbitrages budgétaires ne soient définitifs." 

Toutefois, "cette annonce n'augure rien du contenu que le gouvernement mettra dans ces négociations salariales", a-t-elle temporisé, en rappelant qu'à ses yeux, la politique du gouvernement "depuis près d'un an n'a été qu'accumulation de mesures d'austérité, dégradant la situation des plus de 5 millions" d'agents.

Le 22 mars, sept des neuf organisations syndicales de la fonction publique appellent à manifester, notamment pour réclamer une augmentation du pouvoir d'achat des fonctionnaires. 

Ce Conseil commun, qui s'est tenu au lendemain de la journée internationale des droits des femmes, était par ailleurs consacré à la question de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. 

Un "bilan" de l'accord du 8 mars 2013, signé à l'époque par toutes les organisations syndicales, a été présenté et l'"ouverture d'une négociation pour son renouvellement" a été annoncée, a twitté Olivier Dussopt. Plusieurs organisations syndicales avaient réclamé cette nouvelle négociation, dont la CFDT et l'Unsa.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
6 commentaires - Fonctionnaires: le rendez-vous salarial avancé à la "mi-juin"
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    le 09 03 2018 à 13 36

    Absolument il faut réformer en profondeur les institutions et interdire à quiconque qui n'a pas de mandat reçu du peuple de prendre des décisions pour la France.

    des exemples :
    interdit aux syndicats de faire de la politique,

    Interdit à toutes les organisations non gouvernementale ( ONG) de dicter leurs volontés au peuple
    Interdit à des bricoles comme l'ONU de venir dire à la France ce que doit être sa politique migratoire
    Interdit à l'Europe de venir interférer avec la volonté d'un peuple et sa démocratie...

    et ensuite de quoi tous les Think tank qui en sont à croire que ce sont eux qui dirigent la France pourront se rendre utile en balayant les cours des monuments historiques.

    En France on se prétend une démocratie qui mettrait en place des moyens de gouverner le pays et au final , ceux qui sont élus par le peuple ne sont plus qu'à servir de chambre d'enregistrement des décisions qui sont prises en dehors des circuits de notre République.

    Et ensuite de quoi ces Braves énarques Français viennent s'étonner de voir l'extrême droite percée de partout en Europe.
    Mais si les " élites" ne veulent comprendre que la manipulation et la démocratie despotique, cela suffit et bien c'est pas grave, ils se feront virer avec perte et fracas par des partis de droite...droite.

  • avatar
    Fleurdelune -

    MDR monavis1, t'en as d'autre des comme ça?

  • avatar
    chavanoz -

    je suis renté dans les année soixante en mairie pour un salaire bien inférieur a celui que j'avais dans l'entreprise que je venais de quitter les administration payé bien moins que le privé mais moins d'heure et l'emploi assuré

    avatar
    monavis1 -

    Au départ, le salaire est bas, mais avec l'évolution des grades, échelons, échelles ...au final le revenu des fonctionnaires évolue plus que celui du privé.

  • avatar
    makro -

    Pourquoi ? Le gel va continuer piur les fonctionnaire ça fait 15 ans et ils dont, dans l’opinion, toujours des privilégiés. Mais dans un pays de chômeurs, pas certain qu’avoir un boulot c’est un privilège. D’autant, qu’avec les retraites, comme c’est parti, au bout de 42 ans de cotisation vous toucherez en gros le minimum vieillesse, à savoir la même somme que celui qui n’aura jamais bossé.

  • avatar
    run974 -

    Il faut virer ces salopards au plus vite