Fonctionnaires : vers un allongement du temps de travail ?

Fonctionnaires : vers un allongement du temps de travail ?
Sénat parlementaires vote loi

Boursier.com, publié le mardi 03 décembre 2019 à 16h56

Le Sénat a adopté un amendement qui vise à allonger le temps de travail dans la fonction publique, pour le faire passer à 37,5 heures par semaine.

Les fonctionnaires devraient-il travailler autant que l'ensemble des actifs ? Oui, à en croire le Sénat, à majorité de droite, qui a adopté lundi une série d'amendements, dont un pour l'allongement de la durée de travail dans la fonction publique, lors de l'examen du projet de budget 2020. Le but étant notamment de faire des économies de plusieurs milliards d'euros.

"L'alignement de la durée du travail dans le secteur public sur le temps de travail 'habituel' permettrait par conséquent un gain de 5 milliards d'euros. Rapportée à la seule fonction publique de l'État (2,45 millions d'agents), cette économie s'élèverait à 2,27 milliards d'euros", détaille l'amendement présenté par le rapporteur général Albéric de Montgolfier (LR).

Une mesure "d'équité et d'efficacité"

Pour le sénateur LR d'Eure-et-Loir, il s'agit avant tout d'avoir une mesure "d'équité et d'efficacité". Elle permettrait de faire passer le temps de travail hebdomadaire des fonctionnaires à 37,5 heures (contre 35 heures), soit la "durée habituelle de travail de l'ensemble des actifs", selon l'amendement qui cite l'Enquête emploi de l'Insee.

Un amendement a également été adopté pour faire passer les jours de carence en cas d'arrêt maladie d'un à trois. "Quand le jour de carence avait été supprimé, il y avait eu une forte augmentation de l'absentéisme dans la fonction publique. Et nous voulons lutter contre cet absentéisme", a affirmé Albéric de Montgolfier.

Le gouvernement opposé à ces principes

Le sénateur d'Eure-et-Loir a précisé que ce passage à trois jours de carence représenterait une économie conséquente pour l'Etat, estimée à 216 millions d'euros pour la seule fonction publique d'Etat.

Si ces amendements risquent de déplaire aux fonctionnaires, ils ne sont toutefois pas encore prêts à passer en vigueur. Ces textes ont en effet été votés contre l'avis du gouvernement, qui reste opposé à ces principes. Ils feront l'objet d'un nouvel examen à l'Assemblée nationale, contrôlée par la majorité.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.