Football : la Super Ligue renvoyée au vestiaire !

Football : la Super Ligue renvoyée au vestiaire !
Santiago Bernabéu. Le stade du Real Madrid

Orange avec Boursier.com, publié le mercredi 21 avril 2021 à 23h35

Lancé dans la nuit de dimanche à lundi, le projet d'un championnat réservé à quelques clubs européens, porté par les patrons de la Juventus de Turin et du Real de Madrid, a fait pschitt face à l'hostilité des supporters et de l'UEFA.

Lancé dans la nuit de dimanche à lundi, le projet d'un championnat réservé à quelques clubs européens, porté par les patrons de la Juventus de Turin et du Real de Madrid, a fait pschitt face à l'hostilité des supporters et de l'UEFA.

Tempête sur un terrain de foot ! Le projet de créer une Super Ligue européenne, un championnat réservé à une douzaine de clubs sur le modèle de la NFL ou de la NBA aux Etats-Unis, s'est effondré seulement trois jours après avoir été présenté, face à un tollé général.

L'UEFA, qui organise la Ligue des champions, s'est insurgée, menaçant les clubs participants de sanctions, tandis que les supporters furieux ont dénoncé un championnat fermé pour les clubs les plus riches. La Fédération internationale de football (Fifa) a elle aussi menacé les clubs dissidents de sanctions.

Le projet, porté par Andrea Agnelli, président de la Juventus de Turin, et Florentino Perez, le président du Real de Madrid, a été officialisé dans la nuit de dimanche à lundi, avec la participation promise de 12 clubs. Mais trois jours plus tard, dix d'entre eux ont déclaré forfait, sifflant la fin du match pour la future compétition. Mercredi soir, seuls le Real Madrid et le FC Barcelone ne s'étaient pas encore désengagés officiellement du projet mort-né.

Mauvaise passe pour Andrea Agnelli et Florentino Perez

Mardi déjà, la Super Ligue semblait avoir du plomb dans l'aile après une manifestation hostile de supporters à Londres. Les clubs de Manchester City et Chelsea ont déclaré forfait dans la foulée, suivis par les 4 autres clubs anglais concernés, à savoir Tottenham, Arsenal, Manchester United et Liverpool. Même le Premier ministre britannique Boris Johnson est monté au créneau, qui s'est dit prêt à user de tous les moyens pour déboulonner la compétition, "y compris l'option législative".

A la Bourse de Madrid, l'action de la Juventus de Turin a chuté mercredi de 13,7%, après l'échec du projet porté par son propriétaire Andrea Agnelli, arrière-petit-fils du fondateur de Fiat. Le titre de la Juve s'était d'abord envolé de plus de 17% lundi à la suite de l'annonce de la création de cette Ligue...

L'affaire a aussi écorné sérieusement l'image de Florentino Perez, magnat de l'immobilier espagnol à la tête du groupe ACS depuis de longues années, qui s'est largement mouillé dans l'opération avortée en tant que patron du Real de Madrid.

Une compétition en cercle fermé

Supporteurs, joueurs, entraîneurs et même dirigeants politiques ont exprimé leur mécontentement à l'égard de ce projet de compétition en grande partie fermée, réservée pour l'essentiel à ses membres fondateurs et organisée en marge des compétitions des fédérations nationales et de l'UEFA pour concurrencer la Ligue des champions chapeautée par l'instance dirigeante du football européen.

Outre les six clubs de Premier League, trois clubs espagnols et trois clubs italiens étaient également parties prenantes du projet de Super Ligue: Real Madrid, Atletico Madrid, FC Barcelone, Inter Milan, AC Milan et Juventus Turin. L'Atletico Madrid a fait savoir ce mercredi qu'il renonçait à son tour à la Super Ligue.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.