Formation : la nouvelle application téléchargée plus de 365.000 fois

Formation : la nouvelle application téléchargée plus de 365.000 fois
menuisier emploi

Boursier.com, publié le vendredi 06 décembre 2019 à 15h53

L'objectif est de faire entrer dans le dur le Compte personnel de formation (CPF), lancé en 2015 mais très peu utilisé par les Français.

C'est un "total satisfecit" du côté de l'exécutif... Deux semaines après le lancement de sa nouvelle application pour smartphone Moncompteformation, le ministère du Travail indique au 'Figaro' que 365.000 personnes ont déjà téléchargé ce nouvel outil. "C'est le signe que les Français ont compris l'importance de la formation professionnelle pour chacun", déclare au journal la ministre Muriel Pénicaud.

Les données sont d'autant plus encourageantes à ses yeux que la campagne de communication n'a été lancée que dimanche dans les médias et sur les réseaux sociaux.

L'objectif est de faire entrer dans le dur le Compte personnel de formation (CPF), lancé en 2015 mais toujours "virtuel" selon la ministre, puisque seuls deux millions de Français l'ont utilisé, alors que 25 millions sont concernés ! "Au moins 100.000 sessions de formation seront immédiatement disponibles sur l'application, pour plus de 40.000 formations", précisait la ministre dans le 'JDD' quelques jours avant le lancement du dispositif.

Seul un salarié sur trois en profite

L'absence ou le manque de formation sont un fort marqueur du chômage : ce dernier touche 6,5% des personnes qualifiées contre 18% des non-qualifiées. "Dans les TPE-PME, seul un salarié sur trois en profite, et c'est un employé ou un ouvrier sur trois. Les cadres des grands groupes en bénéficient, mais les autres, beaucoup moins", selon Muriel Pénicaud.

Depuis le 1er janvier 2019, le compte personnel de formation n'est plus alimenté en heures mais en euros (15 euros de l'heure).

Sur les 900 millions d'euros de fonds disponibles cette année pour ce CPF, seuls deux tiers avaient été exploités par les partenaires sociaux début octobre, d'après les informations des 'Echos'.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.