Formation: les syndicats rejettent un projet patronal trop "centré sur les entreprises"

Chargement en cours
 Il y a déjà "pas mal de points d'accord" entre les syndicats, s'est réjouie Catherine Perret (CGT), ici le 5 juillet 2017

Il y a déjà "pas mal de points d'accord" entre les syndicats, s'est réjouie Catherine Perret (CGT), ici le 5 juillet 2017

1/2
© AFP, GEOFFROY VAN DER HASSELT
A lire aussi

AFP, publié le vendredi 12 janvier 2018 à 19h34

Les syndicats ont rejeté vendredi un projet d'accord sur la formation professionnelle proposé par le patronat, dénonçant un texte trop centré sur les intérêts des entreprises, au détriment des "aspirations" des salariés.

Réunis au siège du Medef pour une sixième séance de négociation sur la formation professionnelle, les partenaires sociaux ont travaillé sur la base d'un texte patronal n'abordant que la détection des besoins de compétences et la définition des formations.

Ce deuxième sujet a été "le plus hard", selon Maxime Dumont (CFTC).

La "nouvelle définition" proposée par le patronat est "trop fermée, trop restrictive" et ne fait aucune place aux "aspirations personnelles des salariés", a déploré Michel Beaugas (FO). 

Le texte patronal "oublie l'individu" et le fait qu'une action de formation puisse découler d'un "projet personnel", a ajouté M. Dumont.

Pour rétablir l'équilibre, une fois n'est pas coutume, ce sont les cinq organisations syndicales qui vont proposer un texte au patronat pour la prochaine séance de négociation prévue le 19 janvier. Il y a déjà "pas mal de points d'accord" entre les syndicats, s'est réjouie Catherine Perret (CGT).

"Notre plume est plus +entreprises+, leur plume sera plus +salariés+", a anticipé Florence Poivey, la cheffe de file du Medef.

Sur les besoins en compétences, le patronat a proposé dans son texte de "renforcer les missions" des observatoires prospectifs des métiers et des qualifications (OPMQ) des branches professionnelles, créés en 2003, qui fourniraient des informations sur les besoins "au moins tous les deux ans".

Mais là encore, "les besoins ne sont vus qu'à travers le prisme très restreint de l'entreprise", a estimé Mme Perret.

Pour Jean-François Foucard (CFE-CGC), le texte patronal "manque de souffle". Il "n'affiche que des ambitions" sans s'en donner "les moyens", a abondé Yvan Ricordeau (CFDT), qui a "clairement dit au patronat qu'on attendait qu'il change de braquet".

Florence Poivey leur a rappelé que les questions de financement et de gouvernance seraient traitées plus tard "lors d'une séance dédiée". "Évidemment, un projet et une ambition, sans avoir les leviers de gouvernance et de ressources, ça peut créer de la frustration", a-t-elle concédé.

La négociation doit aboutir le 16 février.

 
6 commentaires - Formation: les syndicats rejettent un projet patronal trop "centré sur les entreprises"
  • avatar
    ajlbn -

    La censure sur le Forum ORANGE rejette quasi systématiquement tous les propos qui vont à l'encontre le la nouvelle majorité, mais également tous propos, même factuels, et surtout factuels, qui peuvent ne pas convenir à la mouvance identitaire et nationaliste. Mes avis et commentaires sont rejetés des dizaines de fois, alors qu'ils respectent la charte, ne comportent ni majuscule, ni insulte, ni propos raciste, ni grossièreté, ce qui n'est pas le cas de certains commentaires qui sont pourtant publiés sans problème. Il y a donc bien ostracisme, obstruction, et volonté de museler ceux qui ne pensent pas selon le dogme! Et je ne suis pas le seul et le premier à m'en plaindre. Il y a plus qu'un simple relent de police politique ou de la pensée! Il serait temps que les censurés s'associent dans un comité de Défense de la Liberté d'expression responsable!
    Voici à titre d'exemple, deux de mes commentaires systématiquement refusés abusivement:
    Mon journal, qui n'est pas en privé, est rempli d'exemples .
    référence à l'article :
    Sondage : Macron et Philippe à nouveau en forte hausse
    Statut : refusé
    Il y a 2 heures
    Se pose la question de la composition du panel de sondés! J'ai fait un sondage honnête chez moi! 100% des personnes consultées sont mécontentes de de gouvernement. Et avec de bonnes raisons comme ci-dessous!
    Les Lois Gattaz-Valls-Hollande-Macron se heurtent aux réalités de la vraie vie! Le patronat nous voulait taillables et corvéables à merci. Pour ce faire, le gouvernement a joué la carte de la division, entre les citoyens, les salariés du privé, du public, les chômeurs, les stagiaires, les retraités, les malades, les étudiants, les artisans, etc...et la division entre les syndicats, en faisant miroiter à certains la possibilité de devenir l'interlocuteur privilégié du pouvoir! Mais les bases syndicales, les délégués de terrain, eux sont restés unis. On les a vu dans les manifs nombreuses! Nos dirigeants ont ajouté, à diverses époques du mépris des insultes à notre endroit! Le "casse toi pauv' c.." de Sarkozy ne s'adressait pas qu'à une personne! Les "sans dent" de Hollande était bien collectif, les riens, les fainéants, les fouteurs de bor..ls, les assistés et autres mots de Macron, étaient de la même veine! Patrons, nous ne serons pas vos nouveaux esclaves! Ni nos enfants et petits enfants!
    26-fois censuré-repassé
    -------------------

    référence à l'article :
    Les adhérents du Front national sont-ils opposés à un changement de nom ?
    Statut : refusé
    Il y a 2 heures
    Le nom Front National, était pendant la dernière guerre et jusqu'en 1948, celui d'un groupe de résistants proches du parti communiste! Autant dire qu'il représentait, avec d'autres, la lutte contre les nazis, les collaborateurs, et les groupuscules d'extrême droite et pétainistes! Donc rien à voir avec l'actuel mouvement!
    47- fois censuré =repassé

    avatar
    Tueur -

    imbuvable .......

  • avatar
    focon -

    voilà maintenant que les syndicats reprochent au patronat de trop s'occuper des salariés et souhaitent qu'il se consacre d'avantage au futurs créateurs d'entreprise..Les syndicats deviennent si inquiets pour leur avenir qu'ils deviennent t assez fous pour défendre maintenant les salariés qui veulent devenir patrons.

  • avatar
    focon -

    voilà maintenant que les syndicats reprochent au patronat de trop s'occuper des salariés et souhaitent qu'il se consacre d'avantage au futurs créateurs d'entreprise..Les syndicats deviennent si inquiets pour leur avenir qu'ils deviennent t assez fous pour défendre maintenant les salariés qui veulent devenir patrons.

  • avatar
    velo120 -

    Les syndicats ne sont pas la pour mettre de l'huile dans les rouages de l'économie mais pour la bloquer et faire de la politique à moindre frais . En réalité les syndicats n'en ont rien à faire des travailleurs, ces derniers ont utilisés par eux pour atteindre leurs objectifs qui sont de faire en sorte que des centaines voire des milliers de représentants syndicaux puissent vivre sans travailler réellement . C'est comme les associations qui sous le couvert de défendre " de noble causes " reçoivent des subventions qui n'ont qu'un seul but assurer les salaires de leurs salariés .

  • avatar
    erwanimanee -

    formation ne tenez pas compte des syndicats croupions qui ne défendent que les intérêts des dirigeants leur fric leur plaçou ils se moquent pas mal de l'interet de la France et des travailleurs des jeunes , certains n'ont pas enregistré le fait que Staline soit mort d'autres ne pensent qu"'à proteger leurs avantages surtout financiers

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]