Fortes perturbations sur les RER A et B en raison de la grève des conducteurs

Chargement en cours
 Selon la RATP, il y aura "un train sur deux aux heures de pointe", et encore moins en milieu de journée

Selon la RATP, il y aura "un train sur deux aux heures de pointe", et encore moins en milieu de journée

1/3
© AFP, Bertrand GUAY
A lire aussi

AFP, publié le mardi 12 décembre 2017 à 14h48

Le trafic des lignes A et B du RER, qu'utilisent plus de deux millions de personnes chaque jour, était très perturbé mardi en Ile-de-France, en raison d'une grève des conducteurs à l'appel de quatre syndicats pour dénoncer des "tensions chroniques" dans leur travail et un "management agressif".

Si "plus d'un train sur deux" étaient prévus "aux heures de pointe", pendant les heures creuses, le trafic était "quasi nul" sur le RER A et seulement un train sur quatre circulait sur le RER B, selon la RATP, qui a parallèlement "renforcé" certaines lignes de métro.

La mobilisation est "d'un peu plus de 95% sur les deux lignes", selon la CGT et l'Unsa, qui ont appelé à la grève avec SUD et FO. Les quatre syndicats (77% des voix au total) ont indiqué que la direction avait "expédié en catastrophe ses cadres en formation sur les trains" afin de remplacer les conducteurs en grève.

La direction de la RATP n'a de son côté pas souhaité communiquer sur le nombre de grévistes.

"Sur l'ensemble du réseau, une trentaine de conducteurs travaillent aujourd'hui" mardi, a indiqué à l'AFP Jean-Luc Prigent de la CGT, soulignant qu'"il faut remonter très très loin, quasiment jusqu'en 1995 (et le mouvement contre la réforme Juppé des retraites, NDLR)" pour retrouver une mobilisation de cette importance. Mais "aujourd'hui, il s'agit d'une mobilisation sur des sujets locaux" de "pressions du management" et d'organisation du travail, a-t-il souligné.

La mobilisation est "énorme", a renchéri Laurent Gallois de l'Unsa, précisant que "de 10H00 à 15H30", il n'y avait même aucun train programmé sur une partie de la ligne B, "de Saint-Rémy-lès-Chevreuse jusqu'à Massy-Palaiseau".

Mettant en cause le directeur du RER, Cyril Condé, les quatre syndicats ont décidé d'écrire à la PDG de la RATP, Catherine Guillouard. La grève avait été maintenue après l'échec la semaine dernière d'une tentative de conciliation lors d'une réunion avec M. Condé. "Ce jour-là, il pouvait arrêter la grève", mais a "méprisé les organisations syndicales, il n'est plus représentatif pour un dialogue social constructif", a affirmé M. Gallois.

- 'Toujours la pagaille' -

Dans leur préavis, les syndicats évoquent des "tensions chroniques" et "dysfonctionnements récurrents dans l'organisation du travail", conséquence, selon eux, d'une "politique du chiffre" liée aux obligations fixées par Ile-de-France Mobilités (ex-Syndicat des transports d'Île-de-France, Stif).

"Le service se dégrade depuis quelques années", dénonçait mardi matin Martine, une Francilienne habituée du RER B "depuis 40 ans". "Il y a beaucoup d'incidents. On met plus de temps pour aller travailler, on nous lâche à un endroit imprévu", reproche-t-elle en arrivant sur le quai de la station Cité universitaire, à Paris. Là patientait Viviane, une quadragénaire de Gentilly (Val-de-Marne), "obligée d'adapter son trajet" car, "en stage", elle n'a "pas pu poser sa journée". "Sur la ligne B, c'est toujours la pagaille", critiquait Yamina, 74 ans.

Sur la ligne A, où les trains se succèdent en temps normal à deux minutes d'intervalle aux heures de pointe, le moindre incident provoque des retards en cascade. Pour tenter d'y remédier, les horaires ont été modifiés lundi par la RATP, avec parfois une légère baisse des fréquences.

"Depuis trop longtemps sont dénoncées sur les deux lignes de RER des dérives graves" en raison de "méthodes agressives de management" ou de l'interprétation de la réglementation interne, "sources de risques psychosociaux et de dégradation des conditions de travail", accusent les syndicats.

Cette situation, accentuée par une "pénurie d'effectifs" sur un réseau saturé, met en "première ligne" les conducteurs "face à des voyageurs excédés", selon eux.

"On est censé faire la même chose avec moins de monde et le niveau de qualité de service exigé n'est jamais atteint", affirme Laure Thibault (SUD).

La direction a proposé une nouvelle réunion avec les syndicats le 18 décembre pour, dit-elle, "retrouver un collectif de travail serein, propice à une exploitation performante des lignes de RER". Sur le fond du conflit, elle s'est refusée à tout commentaire.

 
74 commentaires - Fortes perturbations sur les RER A et B en raison de la grève des conducteurs
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    de la censure, encore de la censure, toujours de la censure sur le Forum Orange.
    Et bien puisque sur la rubrique Finance, un bug est là ...... moi aussi
    référence à l'article :
    LR: Wauquiez fustige le choix de Bertrand
    Statut : refusé
    Il y a une heure
    le 12 12 2017 à 13 26
    je pense que pour bien comprendre et connaître les valeurs de l'UMP, le plus simple est encore d'écouter un discours de Chirac ( facile à trouver sur internenette) et qui s'appelle du bruit et de l'odeur , ou quelque chose comme ça.

    Un fois entendu ce que disait Chirac en 91, cela permet de savoir qui aurait traverser des " lignes rouges" comme dit M, Juppé et surtout de savoir dans quel sens.

    de wikipédia :

    Le discoursLe 19 juin 1991, au cours d'un dîner-débat du RPR, Jacques Chirac prononce le discours qui contient l'expression le « bruit et l'odeur ». Voici un extrait5, portant sur l'immigration :

    « Notre problème, ce n'est pas les étrangers, c'est qu'il y a overdose. C'est peut-être vrai qu'il n'y a pas plus d'étrangers qu'avant la guerre, mais ce n'est pas les mêmes et ça fait une différence. Il est certain que d'avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d'avoir des musulmans et des Noirs […] Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte-d'or où je me promenais avec Alain Juppé il y a trois ou quatre jours, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! [applaudissements nourris] Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur [rires nourris], eh bien le travailleur français sur le palier devient fou. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n'est pas être raciste que de dire cela. Nous n'avons plus les moyens d'honorer le regroupement familial, et il faut enfin ouvrir le grand débat qui s'impose dans notre pays, qui est un vrai débat moral, pour savoir s'il est naturel que les étrangers puissent bénéficier, au même titre que les Français, d'une solidarité nationale à laquelle ils ne participent pas puisqu'ils ne paient pas d'impôt ! [...] Il faut que ceux qui nous gouvernent prennent conscience qu'il y a un problème de l'immigration, et que si l'on ne le traite pas et, les socialistes étant ce qu'ils sont, ils ne le traiteront que sous la pression de l'opinion publique, les choses empireront au profit de ceux qui sont les plus extrémistes6,7. […] [Au sujet des épiciers de proximité] La plupart de ces gens-là sont des gens qui travaillent, des braves gens ; on est bien content de les avoir. Si on n'avait pas l'épicier kabyle au coin de la rue, ouvert de 7 heures du matin à minuit, combien de fois on n'aurait rien à bouffer le soir8 ? »

  • avatar
    insoumis62 -

    Vue le nombre de mes propos refusés sans être insultants, on ne peut que constater que , Mafiosi est très bien vu par les censeurs d'Orange.

  • avatar
    freine75 -

    les employes/ouvriers font grève , soit ! , mais ca emmerde qui ?
    les autres ouvriers/employés voire les collegues ..et/ou camarades syndiqués
    les syndicats n ont pas encore trouvé le moyen de protester autrement qu en s autoemmerdant !
    quand aux cadres ils sont souvent sourds aux remontées terrain ,trop pris par leur objectifs .

    je pense qu il est temps de trouver un moyen de dialoguer et d eviter le bordel pour les impactés et la perte de salaire pour les grévistes (sauf pour les delegues syndicaux qui sont eux en delegation , donc payés )

  • avatar
    canseliet -

    Il faut continuer de développer les métros automatisés.

  • avatar
    ricoudrome -

    quelle bande de feignasse ces RATP, ils ont les meilleures conditions de travail et de retraites que n'importe qui. A quand la privatisation de tout ça !!??

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]