Gattaz dit regarder "avec beaucoup d'inquiétude" la réforme fiscale de Trump

Gattaz dit regarder "avec beaucoup d'inquiétude" la réforme fiscale de Trump

Le président du Medef, Pierre Gattaz, au siège de l'organisation à Paris, le 11 décembre 2017, à la veille du Sommet sur le climat qui se tient dans la capitale française

A lire aussi

AFP, publié le mardi 12 décembre 2017 à 12h31

Le patron du Medef Pierre Gattaz a dit mardi regarder "avec beaucoup d'inquiétude" la réforme fiscale voulue par le président américain Donald Trump, estimant que cette dernière allait "à l'encontre des accords multilatéraux".

"On n'a que des bribes d'information", car "tout n'est pas figé", a déclaré lors d'une conférence de presse M. Gattaz, rappelant que tout le monde aux Etats-Unis n'était "pas d'accord" sur les contours de la réforme, actuellement débattue au Congrès.  

Mais "ce qui est sûr, c'est qu'on regarde ça avec beaucoup d'inquiétude", a ajouté le patron des patrons, disant ne pas voir "d'un bon oeil du tout" certains points de la réforme, dont une possible taxe sur les biens et services produits à l'étranger, qui pourrait atteindre 20%.

Pour M. Gattaz, la réforme fiscale américaine "va à l'encontre du fonctionnement du monde et des accord multilatéraux". "Il faut que l'Europe se mobilise", a-t-il poursuivi, estimant que "la France seule" ne pourra pas se faire entendre.

La réforme de Donald Trump, présentée par la Maison Blanche comme "une des plus importantes" réformes fiscales dans l'histoire des Etats-Unis, prévoit notamment de ramener le taux d'imposition des sociétés de 35% à 20%.

Le texte, qui prévoit un taux préférentiel pour les multinationales américaines qui souhaiteraient rapatrier aux Etats-Unis leurs bénéfices détenus à l'étranger, suscitent de nombreuses inquiétudes à l'étranger, notamment au sein de l'Union européenne.

Les ministres des Finances des cinq plus grandes économies de l'UE, dont l'Allemand Peter Altmaier et le Français Bruno Le Maire, ont ainsi adressé lundi une lettre au secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, pour lui exprimer leur préoccupation.

 
2 commentaires - Gattaz dit regarder "avec beaucoup d'inquiétude" la réforme fiscale de Trump
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    de la censure, encore de la censure, toujours de la censure sur le Forum Orange.
    Et bien puisque sur la rubrique Finance, un bug est là ...... moi aussi
    référence à l'article :
    LR: Wauquiez fustige le choix de Bertrand
    Statut : refusé
    Il y a une heure
    le 12 12 2017 à 13 26
    je pense que pour bien comprendre et connaître les valeurs de l'UMP, le plus simple est encore d'écouter un discours de Chirac ( facile à trouver sur internenette) et qui s'appelle du bruit et de l'odeur , ou quelque chose comme ça.

    Un fois entendu ce que disait Chirac en 91, cela permet de savoir qui aurait traverser des " lignes rouges" comme dit M, Juppé et surtout de savoir dans quel sens.

    de wikipédia :

    Le discoursLe 19 juin 1991, au cours d'un dîner-débat du RPR, Jacques Chirac prononce le discours qui contient l'expression le « bruit et l'odeur ». Voici un extrait5, portant sur l'immigration :

    « Notre problème, ce n'est pas les étrangers, c'est qu'il y a overdose. C'est peut-être vrai qu'il n'y a pas plus d'étrangers qu'avant la guerre, mais ce n'est pas les mêmes et ça fait une différence. Il est certain que d'avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d'avoir des musulmans et des Noirs […] Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte-d'or où je me promenais avec Alain Juppé il y a trois ou quatre jours, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! [applaudissements nourris] Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur [rires nourris], eh bien le travailleur français sur le palier devient fou. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n'est pas être raciste que de dire cela. Nous n'avons plus les moyens d'honorer le regroupement familial, et il faut enfin ouvrir le grand débat qui s'impose dans notre pays, qui est un vrai débat moral, pour savoir s'il est naturel que les étrangers puissent bénéficier, au même titre que les Français, d'une solidarité nationale à laquelle ils ne participent pas puisqu'ils ne paient pas d'impôt ! [...] Il faut que ceux qui nous gouvernent prennent conscience qu'il y a un problème de l'immigration, et que si l'on ne le traite pas et, les socialistes étant ce qu'ils sont, ils ne le traiteront que sous la pression de l'opinion publique, les choses empireront au profit de ceux qui sont les plus extrémistes6,7. […] [Au sujet des épiciers de proximité] La plupart de ces gens-là sont des gens qui travaillent, des braves gens ; on est bien content de les avoir. Si on n'avait pas l'épicier kabyle au coin de la rue, ouvert de 7 heures du matin à minuit, combien de fois on n'aurait rien à bouffer le soir8 ? »

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    le 12 12 2017 à 13 08

    Pour les petits "piou piou" de français c'est l'enfer fiscal Français qu'ils regardent avec beaucoup d'inquiétude!
    De Trump ils ne voient que les tweet Ravageurs qui semblent donner de bons résultats sur les chiffres du chômage.

    mais à priori M,.Trump s'occupe lui de son pays, alors que des Français arrogants en sont toujours à donner des leçons.

    Bonne retraite à vous cher Monsieur.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]