Gaz : pourquoi ça va flamber !

Gaz : pourquoi ça va flamber !©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 11 juin 2018 à 10h12

Les tarifs réglementés du gaz en France devraient augmenter de plus de 8% (8,1%) (hors taxes) au 1er juillet, a annoncé ce lundi la Commission de régulation de l'énergie (CRE)... Ces tarifs, qui concernent environ 4,9 millions de clients résidentiels et professionnels d'Engie, sont appelés à disparaître après une décision du Conseil d'Etat de juillet 2017 selon laquelle ils constituent une entrave "à la réalisation d'un marché du gaz naturel concurrentiel".

La CRE, qui publie chaque année son analyse des coûts du fournisseur historique de gaz en France, a fait savoir que les coûts d'approvisionnement d'Engie devraient augmenter de 3% au 1er juillet en raison de la hausse des prix de marché de gaz naturel, sensiblement égale voire inférieure à la hausse du prix du pétrole.

Par ailleurs, l'analyse du régulateur montre que les coûts hors approvisionnement portant sur les infrastructures (réseaux et stockage) entraînent une hausse de 2,5% des tarifs réglementés, les coûts commerciaux induisant quant à eux une augmentation de 2,6%.

Contribution climat énergie

Les tarifs réglementés de vente hors taxe du gaz naturel avaient augmenté en moyenne de 2,3% le 1er janvier 2018. La hausse était déjà de 0,97% en décembre, après +2,6% en novembre et +1,2% en octobre 2017...

L'ajustement au 1er janvier avait été de 0,7% pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 1,4% pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude et de 2,4% pour les foyers qui se chauffent au gaz, précise la CRE.

Depuis le 1er janvier 2015, les tarifs réglementés de vente de gaz ont toutefois baissé en moyenne de 12,3% avait souligné le régulateur...

Facture salée

Rappelons cependant que la facture a été gonflée en janvier par la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN), indexée sur la composante carbone et dont l'évolution est fixée par la loi de finances 2018 (contribution climat énergie)... Elle est passée ainsi de 5,88 euros/MWh à 8,45 euros/MWh au 1er janvier 2018. "Elle a entraîné une augmentation d'environ 4,7% sur la facture annuelle des consommateurs se chauffant au gaz, qu'ils soient au tarif réglementé ou en offre de marché", avait expliqué la CRE.

Actuellement, près de la moitié (47%) des quelque 11 millions de consommateurs résidentiels (particuliers et très petits professionnels) abonnés au gaz ont choisi une offre de marché, proposée soit par Engie, soit par ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc...)

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU