Gel des tarifs bancaires : peu d'effet à attendre ?

Gel des tarifs bancaires : peu d'effet à attendre ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 17 décembre 2018 à 10h59

Le cadeau proposé par les banques devrait en réalité être très symbolique, puisque la plupart des établissements avaient prévu des hausses très faibles de leurs prix l'an prochain...

Les banques françaises vont participer à "l'effort collectif", en pleine mobilisation des "Gilets jaunes". Elles se sont engagées la semaine dernière à ne pas augmenter les tarifs bancaires des particuliers en 2019.

Autre promesse : plafonner, de façon pérenne, les frais d'incidents bancaires pour les publics les plus fragiles. Une commission d'intervention est appliquée par certaines banques en cas de découvert non-autorisé ou en cas de dépassement du découvert autorisé.

Mesure symbolique

Mais la mesure devrait rester symbolique, selon une étude du comparateur Panorabanques.com qui a épluché les tarifs de 70 banques représentant près de 60% des Français bancarisés, qu'il s'agisse des prix pour la tenue de compte, les virements, ou la carte bancaire...

Et selon lui, l'an prochain, les clients de ces établissements auraient dû payer 195,20 euros de frais. Avec le gel promis, ils n'en paieront "que" 194,30 euros. Soit une économie de seulement 0,90 euros (0,5%) pour un profil bancaire classique...

Pas d'impact

Panorabanques livre quelques exemples au passage : un client du CIC versera 207 euros en 2019, au lieu de 208 euros. "Seul le prix de la carte internationale classique à débit immédiat aurait dû passer de 42 à 43 euros", observent les auteurs de l'étude.

Les clients de HSBC auraient été les plus privilégiés en absence de gel, puisque l'établissement prévoyait une hausse de 3 euros sur le prix de son package HSBC Hexagone. Pars ailleurs, les tarifs de Société Générale prévus pour mars 2019 "n'ont pas d'impact sur le profil étudié. Pas de hausse donc de ce côté-là", peu-on lire dans un communiqué.

Clients fragiles

"Le gel des tarifs bancaires en 2019 aura donc un impact très modéré... Ce n'est pas là qu'on va trouver les 500 à 600 millions d'euros de gain de pouvoir d'achat annoncés par la Banque de France. C'est donc du côté du plafonnement des frais d'incidents pour les clients fragiles qu'il faut aller les chercher", estime encore le comparateur de prix.

Ce plafonnement à 25 euros par mois pourra bénéficier à 3,6 millions de personnes, selon les annonces de l'Elysée la semaine dernière...

D'après une enquête de CLCV pour l'année 2018, les tarifs bancaires moyens s'échelonnent de 72 euros par an pour les "petits consommateurs", à plus de 212 euros pour les "gros consommateurs", c'est à dire un couple avec carte Gold ou Visa Premier...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.