Ghosn : Renault partie civile dans le dossier des soirées à Versailles

Ghosn : Renault partie civile dans le dossier des soirées à Versailles©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 25 février 2020 à 09h50

Le constructeur automobile se réserve le droit de solliciter des dommages et intérêts, alors que Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir organisé deux fêtes d'ordre privé en utilisant les ressources du groupe.

Les images des deux fêtes avaient pesé sur la défense de Carlos Ghosn au printemps... Renault a annoncé lundi s'être constitué partie civile et se réserver la possibilité de solliciter des dommages et intérêts après l'ouverture d'une information judiciaire visant entre autres l'ancien patron déchu sur l'organisation de deux soirées au château de Versailles.

"(...) La société Renault SAS s'est constituée partie civile afin de faire valoir ses droits et continuera à coopérer pleinement avec les autorités judiciaires", déclare le constructeur automobile dans un communiqué. "Elle se réserve, en outre, la possibilité de solliciter des dommages et intérêts en fonction de l'issue des investigations en cours", ajoute-t-il.

Abus de biens sociaux

Le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) a annoncé le 19 février l'ouverture d'une information judiciaire, notamment pour abus de biens sociaux, afin de déterminer, entre autres, si Carlos Ghosn a en connaissance de cause utilisé les ressources du groupe automobile à des fins privées. L'ancien patron de Renault-Nissan rejette ces soupçons.

Une première fête organisée à Versailles le 9 mars 2014 aurait eu lieu en l'honneur des 60 ans de Carlos Ghosn et non pour célébrer les 15 ans de l'alliance Renault-Nissan. Mais l'intéressé n'a pas dévié sa ligne de défense lors de sa conférence de presse du 8 janvier à Beyrouth, en expliquant qu'il s'agissait d'une soirée à but strictement professionnel.

Surprise

L'autre soirée concerne la location du Grand Trianon, dans le parc du château le 8 octobre 2016. Carlos Ghosn a déclaré qu'elle était organisée pour les 50 ans de sa femme Carole. L'ancien patron, qui dément là aussi toute malversation, a affirmé que cette fête n'avait jamais été présentée comme un événement institutionnel. Il a dit avoir pensé que les lieux lui avaient été gracieusement prêté à titre personnel par le château de Versailles.

Il a dit avoir été surpris d'apprendre par la suite que l'événement avait coûté 50.000 euros et que ce montant avait été déduit des prestations offertes par le château au constructeur automobile en échange de son mécénat.

Carlos Ghosn se trouve au Liban depuis qu'il a fui le Japon où il devait être jugé pour des malversations financières qu'il conteste à la tête de Nissan.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.