"Gilets jaunes" : le gouvernement veut éviter les blocages...

"Gilets jaunes" : le gouvernement veut éviter les blocages...©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 13 novembre 2018 à 13h28

Le gouvernement veut éviter les blocages samedi sur les routes, lors de la journée de mobilisation organisée à l'appel des "gilets jaunes" contre la hausse du prix des carburants... Les forces de l'ordre interviendront pour dégager les routes si nécessaire, a annoncé l'exécutif ce mardi. "Je demande qu'il n'y ait aucun blocage total", a déclaré Christophe Castaner sur BFM TV et RMC.

"Partout où il y aura un blocage et donc un risque pour les interventions de sécurité mais aussi pour la liberté de circulation, nous interviendrons", a poursuivi le ministre de l'Intérieur... "Il y aura d'abord des discussions et ensuite il y aura, plus fermement si c'est nécessaire, le fait de faire dégager la route", a encore dit Christophe Castaner.

Se déclarer en préfecture

Mais selon lui, la question ne se posera probablement pas car "ce sont des citoyens qui savent aussi que la liberté de circuler est essentielle". Il a également appelé les organisateurs de manifestations à les déclarer en préfecture...

La journée du 17 novembre devrait être ponctuée de manifestations, de blocages de routes et d'opérations escargot. Il s'agit d'un test pour le gouvernement, qui lui permettra de mesurer concrètement la colère suscitée par la hausse tendancielle des prix de l'essence et du diesel.

Les trois quarts des Français (78%) soutiennent le mouvement contre la hausse des prix à la pompe, selon un récent sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé pour franceinfo et 'le Figaro'.

Un mouvement récupéré ?

Ce mouvement est né spontanément, notamment sur les réseaux sociaux... Mais il est désormais suspecté de récupération, après l'assentiment des principaux partis d'opposition, dont le Rassemblement national (ex-Front national), Les Républicains et la France insoumise.

De son côté, la CFDT ne suivra pas les "gilets jaunes" dans leur action samedi. Le syndicat "ne soutient pas ces blocages dont tout le monde a compris qu'ils sont, en plus, récupérés politiquement par l'extrême droite", a déclaré sur franceinfo le secrétaire général Laurent Berger, parlant également d'une "manipulation".

Mesures à suivre

Le gouvernement doit annoncer cette semaine une série de mesures destinées à apaiser la colère qui s'est exprimée ces dernières semaines contre la montée tendancielle des prix, due d'abord à la hausse des cours du pétrole et dans une moindre mesure à la hausse de la fiscalité écologique.

L'exécutif réfléchit en particulier aux moyens d'étendre et de rendre plus avantageux son "chèque énergie" et la prime à la conversion versée aux automobilistes qui changent de véhicule, deux dispositifs censés rendre du pouvoir d'achat aux Français...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.