Goldman Sachs se convertirait au bitcoin

Goldman Sachs se convertirait au bitcoin©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 22 décembre 2017 à 06h53

La déferlante d'articles sur les cryptomonnaies ces dernières semaines, à mesure que le bitcoin prenait de l'altitude, suffit à montrer l'engouement qu'elles suscitent aussi bien dans le grand public que chez les professionnels de la finance. Et ce n'est pas le débat, qui continue à faire rage entre les détracteurs et soutiens des cryptomonnaies, qui va faire retomber la fièvre. La monnaie virtuelle fait vendre du papier. C'est l'un des nombreux paradoxes du bitcoin. Mais elle constitue peut-être aussi une révolution majeure pour l'économie, que les intermédiaires financiers ne peuvent se permettre de laisser de côté. En substance, mieux vaut prendre ses pertes si c'est un feu de paille que rater le train en marche.

Chez Goldman Sachs, les hauts dirigeants ont sûrement, à titre personnel, un avis sur la question. Mais ils ne l'exprimeront sans doute pas de manière tranchée. Le PDG Lloyd Blankfein avait résumé la position de la banque par un tweet du 3 octobre dernier : "Still thinking about Bitcoin. No conclusion - not endorsing/rejecting. Know that folks also were skeptical when paper money displaced gold" (Je pense toujours au bitcoin. Pas encore de conclusion, ni pour, ni contre. Les gens étaient aussi sceptiques lorsque la monnaie-papier a remplacé l'or. Depuis cette date, les lignes ont bougé au sein de "The Firm". Goldman Sachs serait en train de déployer un desk de trading à New York, dédié aux cryptomonnaies. Bloomberg a obtenu hier soir des informations allant dans ce sens. L'objectif serait de disposer d'une entité opérationnelle en juin prochain, avant peut-être si les planètes sont alignées plus rapidement que prévu. On peut raisonnablement penser que le stade de la rumeur est dépassé et que la banque d'affaires est effectivement en train de peaufiner une branche spécialisée. Surtout à la lecture de la réponse faite par un porte-parole interrogé sur la question : pour répondre à l'intérêt de nos clients pour les cryptomonnaies, nous étudions la meilleure façon de les satisfaire. Presque un aveu.

Les banques fourbissent leurs armes

Le "desk" pourrait être logé dans la division qui traite l'obligataire, les devises et les matières premières, mais rien n'a encore été décidé. Jongler avec les cryptomonnaies ne s'improvise pas. Goldman Sachs va devoir cadrer juridiquement son activité, la sécuriser, trouver un mode de conservation et décider du degré de liberté laissé à ses clients. Des questions compliquées à régler. Bloomberg a rapporté une anecdote sur une certaine forme de conservatisme qui perdure au sein de l'institution, habituée aux montages financiers ultra-complexes, mais confuse face à ces cryptomonnaies qu'elle a du mal à appréhender. Lorsque le CBOE a lancé ses premiers contrats sur le bitcoin au début du mois, Lloyd Blankfein aurait exigé de certains clients de Goldman Sachs qu'ils disposent en face de leurs "trades" de fonds équivalents en bons vieux dollars. Une politique qui aurait amené certains d'entre eux à passer par d'autres intermédiaires... et qui a peut-être provoqué un branle-bas de combat pour mettre en place une division spécialisée dans le négoce des cryptomonnaies.

Dans la finance, toutes les entreprises ont commencé à plancher sur la question, mais si certaines s'en défendent encore. Pendant ce temps, les cryptomonnaies grignotent du terrain au sein de la sphère financière. Elles ne sont pas encore au stade de l'institutionnalisation, mais elles occupent un espace de plus en plus vaste. Exemple, il y a désormais sur les terminaux Bloomberg un "moniteur de cryptomonnaie". On peut y lire la définition maison d'une devise cryptographique, un actif numérique défini mathématiquement, décentralisé, qui permet d'effectuer des transactions sous forme cryptographiée sans avoir besoin de banques centrales ainsi que la liste des plus importantes cryptomonnaies (bitcoin, ripple, ethereum, litcoin) avec leurs cours, les cotations sur diverses plateformes spécialisées, plus les deux "futures" disponibles sur le bitcoin, sur le CBOE et le CME. Les cours du bitcoin ne figurent pas encore sur les bandeaux défilants des chaînes d'information en continu aux côtés de ceux de l'or, du pétrole et de la parité euro-dollar. Mais nous n'en sommes peut-être pas si loin.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Goldman Sachs se convertirait au bitcoin
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]