Goldman Sachs très critique envers Donald Trump

Goldman Sachs très critique envers Donald Trump©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 06 mars 2018 à 11h36

Goldman Sachs Group livre une vision très critique de la décision de Donald Trump de fortement taxer les importations d'aluminium et d'acier. Compétitivité, création d'un marché mondial à deux vitesses et fracture avec les alliés, tout y passe.

"Les droits sur les importations rendent les Etats-Unis moins compétitifs en augmentant les prix des matières premières", explique tout d'abord la banque d'affaires dans une note dont Bloomberg a eu possession. "La mise en place de droits de douanes généralisés sur toutes les importations d'acier et d'aluminium aura un impact économique important sur le Canada, le Mexique et l'UE, et elle atténuera ironiquement celui sur la Chine et la Russie".

Vers une guerre commerciale?

Trump risque également de déclencher une guerre commerciale avec ses principaux partenaires. La Commission européenne a d'ailleurs déjà proposé des mesures de rétorsion sur les importations d'acier, de vêtements, de textiles et de chaussures, ainsi que sur certains produits industriels américains...

Un marché du métal à deux vitesses

"Le président a probablement créé un marché du métal à deux vitesses... Sur le plan économique, un marché à deux vitesses est finalement dommageable pour les industriels américains qui consomment ces métaux en aval, car cela crée un terrain de jeu inégal pour ces derniers qui font face à des prix plus élevés des métaux".

Un désavantage pour l'ensemble de l'économie américaine?

Goldman Sachs estime également que cette décision risque d'accentuer le mouvement inflationniste, alors que la Réserve fédérale est en train de rehausser ses taux d'intérêt. "Les tarifs douaniers renforcent la pression reflationniste déjà engagée à l'échelle mondiale...Les consommateurs nets d'acier et d'aluminium aux États-Unis sont désormais désavantagés par rapport à leurs concurrents internationaux, en particulier à un moment où le marché du travail est tendu et où l'inflation salariale s'accélère". Et la banque de conclure: "C'est l'ironie de l'article 232 (de la loi sur le commerce de 1962). Un tarif douanier destiné à soutenir l'industrie américaine pourrait finir par augmenter les marges et les investissements pour un petit sous-ensemble de producteurs tout en désavantageant l'économie dans son ensemble".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.