Goodyear condamné pour le licenciement de 832 salariés d'Amiens-Nord

Goodyear condamné pour le licenciement de 832 salariés d'Amiens-Nord©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 28 mai 2020 à 16h57

Le nombre de plaignants était exceptionnellement élevé, avec 832 personnes concernées, ayant choisi d'attaquer le géant du pneumatique pour licenciement sans cause économique réelle et sérieuse.

La direction de Goodyear a été condamnée jeudi par le conseil de prud'hommes d'Amiens pour le licenciement abusif de 832 de ses anciens salariés de son usine d'Amiens-Nord. L'usine, qui fabriquait des pneus agricoles, avait fermé en janvier 2014 - elle employait alors plus de 1.100 salariés. Pendant le mouvement de grève qui a suivi, plusieurs salariés avaient séquestré des dirigeants de l'usine et ont été ensuite condamnés à des peines de prison avec sursis.

Selon le site internet du journal 'Le Monde', le montant des dommages-intérêts demandés n'a pas été dévoilé. "Le tribunal a néanmoins demandé une exécution provisoire de ce jugement", écrit le quotidien.

Des bénéfices importants

Le nombre de plaignants était exceptionnellement élevé, avec donc plus de 800 personnes concernées, ayant choisi d'attaquer le géant du pneumatique pour licenciement sans cause économique réelle et sérieuse.

Une audience de départage menée le 28 janvier avait permis notamment aux avocats des ex-salariés d'insister sur les bénéfices d'exploitation du groupe Goodyear à l'échelle mondiale, d'un montant de 1,7 milliard de dollars, alors que la direction se défendait en évoquant des difficultés financières.

Reclassement

La préfecture de la Somme estime que plus de 600 emplois ont été créés par les cellules de reclassement mises en place dans le cadre d'un plan de revitalisation financé par Goodyear. Mais la CGT relativise ce chiffre, affirmant qu'il ne s'agit que d'emplois précaires.

La préfecture évoque aussi des anciens salariés qui ont créé leur entreprise, sont en congé formation ou partis en retraite.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.