Google a détourné 16 milliards d'euros vers les Bermudes en 2016

Google a détourné 16 milliards d'euros vers les Bermudes en 2016©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 03 janvier 2018 à 18h13

Alphabet, la maison mère de Google, a déplacé 15,9 milliards d'euros (19,2 milliards de dollars) depuis les Pays-Bas vers une société écran aux Bermudes en 2016, selon les informations de l'agence de presse Bloomberg.

Google, régulièrement critiqué pour ses pratiques fiscales, aurait utilisé deux techniques, le "Double Irish" et le "Dutch Sandwich", pour faire échapper une bonne partie de ses résultats au fisc. Bloomberg rappelle que la méthode consiste à transférer les revenus d'une filiale irlandaise à une société néerlandaise sans employés, puis à une boîte aux lettres des Bermudes appartenant à une autre société enregistrée en Irlande.

Google semble de plus en plus gourmand : selon Bloomberg, le montant transféré par le géant américain avec cette technique d'optimisation est de 7% supérieur à l'année précédente - l'agence a eu accès aux documents déposés auprès de la Chambre de commerce néerlandaise le 22 décembre.

Manque à gagner

"Nous payons toutes les taxes dues et nous nous conformons aux lois fiscales dans tous les pays où nous opérons dans le monde", s'est défendu un porte-parole de Google dans un communiqué. Le gouvernement irlandais a stoppé la pratique du "Double Irish" en 2015, mais les entreprises qui utilisent déjà la technique sont autorisées à continuer jusqu'à la fin 2020.

L'étau semble néanmoins se resserrer sur Google, sous la pression des régulateurs et des autorités du monde entier. L'Union européenne étudie actuellement les moyens de faire payer davantage aux sociétés de technologie américaines, les fameux "GAFA".

L'optimisation fiscale pratiquée par les groupes américains Facebook et Google constitue un manque à gagner de taille pour l'Union européenne. Ces mesures ont entraîné une perte de 5,4 milliards d'euros en impôts entre 2013 et 2015, selon le rapport de l'eurodéputé socialiste Paul Tang, qui est favorable à une réforme pour les contraindre à payer davantage d'impôts.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU