Google à l'amende pour "classement trompeur" des hôtels

Google à l'amende pour "classement trompeur" des hôtels©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 15 février 2021 à 19h44

Google Ireland et Google France vont payer une amende d'1,1 million d'euros à la DGCCRF, suite à des plaintes d'hôteliers dénonçant l'affichage sur le moteur de recherche d'un "classement trompeur" des hébergements touristiques.

Dans le cadre d'une enquête sur le classement des hôtels sur le moteur de recherche du géant américain, les sociétés Google Ireland et Google France ont accepté de s'acquitter d'une amende d'1,1 million d'euros, a annoncé ce lundi la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF).

"Une enquête de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes, initiée en 2019, a permis de démontrer le caractère trompeur du classement des hôtels par Google, notamment sur son moteur de recherche", peut-on lire dans un communiqué.

De son côté, une porte-parole de Google France a déclaré lundi que "nous avons transigé avec la DGCCRF et avons fait les modifications nécessaires pour ne refléter que le classement officiel français des hôtels sur Google Search et Maps".

Concrètement, la répression des fraudes reproche à l'entreprise américaine d'avoir "substitué" au classement Atout France, qui distribue les fameuses étoiles aux hôtels français, une classification établie "selon ses propres critères".

Une pratique "particulièrement dommageable pour les consommateurs"

"Or cette classification prêtait grandement à confusion par sa présentation et par l'utilisation identique du terme 'étoiles' selon la même échelle allant de 1 à 5, pour classer les hébergements touristiques", poursuit la DGCCRF, qui estime que "cette pratique était particulièrement dommageable pour les consommateurs".

Ces derniers pouvaient en effet être "trompés sur le niveau de prestations auxquels ils pouvaient s'attendre au moment de réserver un hébergement", souligne la répression des fraudes. "Il en résultait également un préjudice pour les hôteliers dont les établissements étaient présentés à tort comme moins bien classés que dans le classement officiel d'Atout France", a-t-elle ajouté.

Pratiques corrigées

Après le début de l'enquête et depuis septembre 2019, les filiales d'Alphabet France ont corrigé leurs pratiques. "La plateforme utilise dorénavant le classement officiel délivré par Atout France lorsqu'elle communique sur le nombre d'étoiles effectivement détenues par les établissements d'hébergement touristique sur le territoire national", a-t-elle également précisé.

Google n'en est pas à sa première sanction en France. Fin 2020, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a infligé une amende record de 100 millions d'euros au géant américain pour non-respect de la législation sur les cookies. Un an plus tôt, Google avait été sanctionné par l'Autorité de la concurrence à 150 millions d'euros pour "abus de position dominante".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.