Google écope d'une amende de 3,8 millions de dollars pour discriminations salariales

Google écope d'une amende de 3,8 millions de dollars pour discriminations salariales©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 02 février 2021 à 15h04

Le géant américain a accepté de régler cette somme à la suite d'accusations de discriminations envers des femmes et des personnes asiatiques...

A la suite d'accusations de discriminations envers des femmes et des Asiatiques, le département américain du Travail a annoncé lundi que Google avait accepté de régler 3,8 millions de dollars, qui devront servir à indemniser des femmes employées par le géant américain à des postes d'ingénieur, ainsi que des candidates féminines ou candidats d'origine asiatique qui n'ont pas été sélectionnés pour de tels postes.

"Au cours d'une évaluation de routine, le Bureau des programmes fédéraux de conformité des contrats a identifié des disparités salariales affectant les employées occupant des postes en génie logiciel dans ses locaux de Mountain View, ainsi qu'à Seattle et Kirkland, dans l'Etat de Washington", sur la période de 2014 à 2017, a expliqué dans un communiqué le département du Travail des Etats-Unis.

Il ajoute également avoir identifié "des différences de taux d'embauche qui désavantageaient les candidatures féminines et asiatiques à des postes en génie logiciel sur les sites de Google à San Francisco et Sunnyvale, ainsi qu'à Kirkland".

Google s'engage à réexaminer ses pratiques sur l'embauche

Si Google a accepté de verser cette somme pour corriger la situation, l'entreprise nie toutefois avoir violé la loi. Dans le détail, le géant du Web versera la somme de 1,3 million de dollars à 2.565 femmes ayant subi des discriminations salariales, et 1,2 million de dollars à 1.757 femmes et 1.219 Asiatiques, tous candidats pour des postes d'ingénieurs chez Google. Le géant américain devra aussi prévoir 1,25 million de dollars pour garantir un système de rémunération équitable de ses ingénieurs pour les cinq prochaines années.

L'entreprise, qui s'engage également à réexaminer ses règles, ses procédures et ses pratiques concernant l'embauche et l'indemnisation dans le cadre de cet accord, a également accepté de réserver 250.000 dollars par an sur les cinq prochaines années pour faire face à d'éventuels ajustements en matière d'équité salariale.

"Un problème systémique"

"La discrimination salariale reste un problème systémique. Les employeurs doivent effectuer régulièrement des vérifications d'équité salariale pour s'assurer que leurs systèmes de rémunération favorisent l'égalité des chances", a rappelé Jenny R. Yang, directrice du programme du Bureau des programmes fédéraux de conformité des contrats, citée dans le communiqué.

"L'industrie de la technologie continue d'être l'un des employeurs les plus importants et les plus dynamiques de la région. Indépendamment de la complexité ou de la taille de la main-d'oeuvre, nous restons déterminés à faire appliquer les lois sur l'égalité des chances pour garantir la non-discrimination et l'équité", a également affirmé Jane Suhr, directrice régionale du Bureau des programmes fédéraux de conformité des contrats à San Francisco.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.