Greenpeace, la CGT et 18 autres organisations dévoilent un plan de sortie de crise

Greenpeace, la CGT et 18 autres organisations dévoilent un plan de sortie de crise©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 26 mai 2020 à 11h33

La CGT, Attac, Oxfam ou encore Greenpeace ont dévoilé 34 mesures pour répondre aux enjeux sanitaires, sociaux, économiques et écologiques...

"Plus jamais ça !"... C'est le nom d'une pétition lancée au mois de mars, qui a abouti à un plan de sortie de crise. Dans un document de 24 pages dévoilé ce mardi, 20 organisations associatives et syndicales ont ainsi détaillé une série de mesures pour préparer "le monde d'après". Quelque 34 mesures y sont présentées pour répondre de concert aux enjeux sanitaires, sociaux, économiques et écologiques.

Ce plan, porté notamment par Attac, la CGT, Oxfam, Greenpeace, la Confédération paysanne ou encore le Droit au logement, précise "faire la démonstration qu'il y a des alternatives au capitalisme néolibéral, productiviste et autoritaire, et que ces alternatives sont crédibles, désirables et réalisables, à condition que les moyens politiques soient mis au service des objectifs de transformation sociale et de préservation de l'environnement".

"Les semaines à venir seront décisives et le gouvernement doit urgemment changer de logiciel, pour répondre aux objectifs qui s'imposent et que nous nous fixons dans les deux premières parties de ce plan de sortie de crise", estime le collectif d'associations et syndicats.

Des propositions qui ont vocation à être soumises au débat public

"Il ne s'agit pas de présenter un plan figé, ficelé et définitif. Au contraire, ces propositions ont vocation à être soumises au débat public et sont amenées à être complétées", ont toutefois précisé les organisations signataires. Ainsi, pour répondre à la crise sanitaire et sociale, elles proposent notamment "la gratuité des masques et l'accès aux tests pour toutes et tous, un plan d'urgence pour l'hôpital public, une hausse des salaires, pour un droit garanti au revenu et à la protection sociale pour toutes et tous".

"De façon générale, nous voulons des hausses de salaires et non des primes : comme première mesure l'augmentation uniforme et égale pour toutes et tous avec un minimum de 200 euros, pas de salaires en dessous de 1.700 euros nets, le dégel et hausse du point d'indice pour la fonction publique", ont détaillé les signataires.

Parmi les autres mesures sociales, on retrouve également "la réduction et le partage du temps de travail "avec un "temps de référence fixé à 32 heures hebdomadaires, sans perte de salaire ni flexibilisation" ou encore "l'interdiction des licenciements dans les entreprises qui font du profit".

"'L'argent magique' existe"

Au niveau économique, le collectif propose de "réorienter la politique monétaire, contrôler la finance, utiliser la dette publique à bon escient et revoir fondamentalement la politique fiscale". Selon les signataires, qui souhaitent "réguler les activités bancaires", "'l'argent magique' existe".

Enfin, pour une reconversion écologique et sociale des activités, ils suggèrent par ailleurs "une loi pour soumettre les entreprises à l'Accord de Paris et interdire les dividendes climaticides, l'arrêt des soutiens publics aux acteurs polluants, un plan de transition sociale et écologique de l'agriculture et de l'alimentation....".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.